13/04/2009

JEAN-CLAUDE CHAILLOU - AQUARELLE, LA VOIE DE L'EAU


Après la parution de mon livre, un DVD sort en Mai.
En attendant, un extrait est déjà visible sur le net !
Le DVD montre trois pas à pas et un diaporama de mes aquarelles.

           

Mon livre : Aquarelle : "La voie de l'eau" est disponible dans les FNAC et dans toutes les librairies de France, Belgique, Suisse, Canada et pays francophones depuis le 17 Octobre 2008.

"Pour moi, la création ce n'est pas faire quelque chose à partir de quelque chose, mais c'est faire quelque chose à partir de rien."                         

    Moi en repos1

Jean-Claude Chaillou est considéré comme l'un des 50 maîtres européens de l'aquarelle par la revue

"PRATIQUE DES ARTS"

S.M. Bonjour Jean-Claude, voulez-vous me dire comment crée l'artiste ? Et comment se perçoit il ?"

J.C.C Pour être le médium entre quelque chose qui me dépasse et un public. Pour émerveiller les gens.

S.M.  Voulez-vous brièvement me raconter le début de votre expérience et me dire aussi quand vous avez commencé ?

J.C.C. Tout a commencé lors mes études en architecture, ma première sensibilisation date de 1962

S.M. Pouvez-vous me définir vos premières productions ?

J.C.C Je dirai tout simplement ...pas terribles ! C’était en architecture et la culture du beau, du bon et du bien n’était pas à l’ordre du jour en ces temps là, il fallait construire à l’économie.

S.M. Qu’est ce que l’architecture vous a apporté ?

J.C.C Le sens du volume, des pleins et des vides sous la lumière solaire, le sens de la composition, le sens de la résistance des matériaux.

L’architecture m’a aidé à poser mes pieds sur Terre ; c'est vrai que j'avais tendance à "m'échapper" dans des nuées avant.

 Vendange tardive

S.M. Quel était le pemier tournant dans votre vie artistique ?

Pouvez vous également me dire quel a été ce tournant et qu’est ce qu’il vous a apporté ?

Est-ce un déclic ? Une personne ? La présentation à un concours ? L‘entrée dans une école… ?

J.C.C. J’étais en architecture aux Beaux-Arts et en fin d’année, j’ai visité une exposition de travaux d’élèves de la "section Artistique". J’ai eu ce qu’on appellait à l'époque : "Le grand frisson". Par la suite, j''ai su que c'était le feu sacré et l'ai toujours. quelques années après, je suis entré aux Beaux-Arts comme d'autres entrent en religion.

S.M. Quelles sont les influences qui vous ont poussé à changer votre vie ?

J.C.C. Ce ne sont pas les "grands maîtres" que je sentais innaccessibles qui ont pesé sur mon destin artistique, mais c’est d'avoir vu ces travaux d’élèves. J’ai voulu apprendre à faire ce qu’ils savaient faire tellement c’était beau.

S.M. Qu’est ce qui vous a permis d’ouvrir les yeux sur la création en tant que telle ?

J.C.C. D’abord, il faut s’entendre sur le terme de "création". Pour moi, la création ce n’est pas faire quelque chose à partir de quelque chose, mais c’est faire quelque chose à partir de rien.

À partir de là on peut dire que l’Artiste fait simplement ce qu’il peut pour traduire l’extérieur de lui-même.

L’Art ; tel que je le conçois, n’a rien à voir avec l’expression qui elle ; est en rapport avec la thérapie. L’Art apparaît quand l’artiste a débarrassé ses tripailles de ses petites ou grandes merdifications. Pensez-vous sérieusement que des Artistes de la trempe de Léonard de Vinci ou de Jean-Auguste-Dominique Ingres ai cherché à s'exprimer ? Non hein !

L'Arbre ma”tre

S.M.  Pouvez vous me dire l’évolution de votre production ?

J.C.C.  J’ai toujours travaillé en observant l’extérieur de moi-même, car j’ai toujours pensé que l’artiste n’est pas un bon thème pour lui-même, et je le pense toujours.

S.M.  Qu’est ce que cela vous apporte d’observer ?

J.C.C.  Un agrandissement de ma conscience. Une ouverture sur le monde.

S.M. Et quelle relation avez-vous avec votre papier ?

J.C.C. J’ai pour lui un très grand respect. Comme si c'était quelqu'un.

S.M. Quels sont les moyens et les techniques que vous employez ?

J.C.C. A une époque, j’ai fait beaucoup d’huiles sur bois ; des formats assez grands... même très grands.

Maintenant mon support est le papier. Différents papiers selon que je fais du pastel sec, du dessin ou de l'aquarelle.

J’ai fait environ un millier d’aquarelles ça ne veut pas dire que je les ai vendues. J’en ai jeté plus d’une centaine il y a plusieurs années.

Algues dans le matin frais

S.M. Quelle ambiance vous faut-il pour créer ?

J.C.C. J’ai besoin du silence et des bruits de la nature.

Certaines odeurs et nuisances me perturbent totalement ; par exemple : le bruit des moteurs diesel et la fumée de tabac.

S.M. Y a-t-il un rituel quand vous travaillez ?

J.C.C.  Oui, celui de la préparation de mes châssis, de l’installation de mon atelier de campagne.

On ne s’installe pas n’importe comment et n’importe où pour peindre un sujet ou un paysage.

Ensuite vient le temps de la réfléxion.

Peindre est pour moi une méditation active c’est un acte philosophique.

S.M.  Dans quel état d’esprit faut il que vous soyez ?

C.J.J. Sentir que je suis accepté par le modèle ou le paysage... C’est une discipline mentale que je ne puis expliquer ici.

S.M. Pensez vous que vous créez aussi bien quand il y a des personnes autour de vous ?

J.C.C. Oui tout à fait, j’en ai pris l’habitude en peignant devant mes élèves. Tout ce que vous verrez sur mes sites à été fait devant eux. L’acte de peindre est un spectacle émerveillant pour mes spectateurs.

Cinq bouteilles d'eau

S.M.  Comment procédez vous pour créer ?

J.C.C. Le terme "créer" n’est pas adapté ; comme je vous l’ai dit, je fais seulement ce que je peux, mais je cherche à toujours à reculer mes limitations.

Pour reprendre malgré tout ce terme "audacieux" de "créer" je dirai qu’en un minimum de temps il faut avoir à la disposition de son mental et de sa main la somme de ce que l’on a appris et compris en Art.

Évidemment, on oublie toujours quelque chose.

S.M.  Quel est votre processus de « pré-création » ?

J.C.C. D'abord, quand je peins dans les paysages, je ne mange que des aliments de type végétaux et céréales.

Puis juste avant de peindre : C’est l’angoisse de ne pas être à la hauteur du sujet, L’adrénaline monte et c'est bon, alors à un certain moment, je démarre.

S.M. Créez vous tout de suite ?

J.C.C. L’art de l’aquarelle est l’Art pictural le plus difficile qui soit et pour avoir des chances de réussir un tableau, il faut que les idées sur ce que l’on va faire soient très claires. Pour cela il est incontournable de développer une stratégie picturale.

FLEURS DE VIARME

S.M.  Y a-t-il des recherches préalables ?

J.C.C.  Oui bien sur. Pour peindre un paysage, on ne s’installe pas n’importe où et n’importe comment. L’Artiste doit s’installer en fonction du vent, de la forme des nuages et de la force de l’ensoleillement.

Je sensibilise mes élèves à tout cela dans mes stages.

S.M.  Créez vous d’un seul coup ?

J.C.C.  Oui d’un seul coup. Moins il y a de gestes mieux cela est.

S.M.  En une seule étape ?

J.C.C.  Il peut y avoir 4 étapes fondues en une seule à l’achèvement d’une œuvre ; de manière à ce que le spectateur ne puisse comprendre comment l’œuvre a été réalisée.

Si on voit les coups de pinceau c’est foutu, il n’y a plus de magie.

S.M. Avez-vous des craintes avant, pendant, après la création ?

J.C.C.  Avant, c’est systématique.

Pendant, pas du tout, c’est la jubilation.

Après, je suis suspendu aux ressentis des spectateurs (mes élève)s.

Iris blond

S.M.  Pensez vous que la création est seulement quand on est en train de créer ou bien englobe t-elle aussi le travail préalable ?

J.C.C. La "création" englobe même les années d'études qui ont précédé l’élaboration de la dernière œuvre qui est au somment de la pyramide. Parfois la "création" n’est pas au top, elle est loupée. Je plie alors cette aquarelle en deux et elle me sert de chemise pour faire un dossier dans laquelle je rangerai des papiers administratifs par exemple. J’en refile également à des copines ou copains.

S.M. Prenez vous le temps de regarder, de porter un regard extérieur sur vos créations ?

J.C.C.  Oui c’est évident, mais je suis insensible à la critique de gens qui ne connaissent rien à l’Art ou à la critique d’artistes dont je n’admire pas le travail.

S.M.  Revenez vous sur votre travail ?

J.C.C.  Si vous voulez dire corriger : Jamais ! Par contre si pour une raison d’intempérie, je n’ai pu achever une aquarelle dans le paysage, il peut m’arriver de la terminer chez moi, mais c’est très très rare. Je ne cherche pas à sauver à tout prix une œuvre qui n'a pas été achevée dans un paysage, je préfère retourner sur les lieux à un autre moment et repeindre le même lieu.

S.M.  Est-ce qu’il vous aie déjà arrivé de retoucher une œuvre des mois, voir des années après ?

J.C.C. Jamais !

La dernire pŽniche du soir ˆ VƒTHEUIL

S.M. Créez vous tout le temps ?

J.C.C. Non, cela est impossible, je ne puis faire environ qu’une vingtaine de bons tableaux dans l'année. Le reste du temps, j’observe, j’étudie, j’écris mes réfléxions sur l'Art de la peinture, je fais des illustrations sur ordinateur pour différents contes et histoires.- Par contre, je suis toujours en état de "réceptivité globale".

S.M.  Avez-vous déjà essayé de créer sans rien avoir construit au préalable dans votre esprit ?

J.C.C. Pourriez-vous construire une maison sans avoir fait de plans ? Ou procéder à une opération chirurgicale sans avoir bien cogité votre affaire ?

S.M. Quels seraient les résultats en créant sans rien avoir construit au préalable ?

J.C.C. L’œuvre ne tiendrait au mur que grace à un clou.

S.M. Ressentez vous le besoin de créer ?

J.C.C. Pour moi c’est l’état d’âme que déclenche le processus d’élaboration d’une œuvre qui est intéressant parce qu’il est générateur d'un bonheur rare.

Cet état provoque une jubilation que j'aime faire partager à mes élèves. J'ai besoin d'émerveiller les gens.

Le tableau s’il est réussi est un cadeau supplémentaire que le sujet m'offre. C'est comme une récompense qui m'est offerte pout avoir consacré du temps à observer le "vivant".

Il y a échange entre le thème et l'Artiste. Cela peut être grandiose.

 L'Allée des Douglas n°3

S.M. Quel est le plus important pour vous : la démarche ou le résultat ?

J.C.C.  Les deux car on ne tire pas les mêmes bonheurs de ces deux étapes.

Première étape :

- Jouissance intellectuelle par l'élaboration de la "stratégie" picturale.

Seconde étape :

- Joie à observer l’émerveillement et le bonheur des spectateurs de l’œuvre en cours d'élaboration ou achevée.

S.M. Quand estimez vous qu’un travail est terminé ?

J.C.C. Quand je sens qu’il n’y a plus rien d’autre à dire !Quand l’essentiel est là.

L'AllŽe des Douglas 7

S.M. Les influences ?

J.C.C.  J’ai étudié l’histoire de l’architecture et de l’Art pendant 7 ans.

S.M. Des artistes vous ont-ils influencé ?

J.C.C.  Toute l'Histoire de l'Art m'a influencé.

J'espère que mon travail se situera dans le prolongement de cette histoire.

S.M.  Une période de l’histoire de l’Art ?

J.C.C. Toutes et pour différentes raisons.

S.M. Est ce que je peux me permettre de réagir sur certaines de vos réponses ? Quand vous dites :

"Pour moi, la création ce n'est pas faire quelque chose à partir de quelque chose, mais c'est faire quelque chose à partir de rien."

Pourtant tout ce que vous faites est d'aprés nature, donc de quelque chose de réel.

J.C.C. Je ne dis pas être "créateur" puisque je fais quelque chose à partir de quelque chose. Je fais ce que je peux avec ce que je sais ; c’est tout.

Pour moi, l'Art est une tentative subjective et objective pour comprendre le monde dans lequel je vis.

Un tableaui "réussi" est le résultat d'un état harmonique entre le sujet et son interprète.

LES RAISINS BLEU copie

S.M.  Ce qui vous intéresse, c’est ce dialogue qui enivre et envoûte totalement entre l’œuvre et l’artiste ?

J.C.C. Ce qui m'intéresse à l’achèvement est de tenter d'émerveiller l’autre par mon acte "créatif".

Je remercie Jean-Claude Chaillou et l'étudiante en art plastique qui m'ont aidé à réaliser cet interview.

frhttp://aquarelle.chaillou.free .     

nehttp://monsite.orange.fr/aquasei     

ehttp://monsite.orange.fr/seulenscen    

shttp://monsite.orange.fr/aquarellesconseil    

ehttp://monsite.orange.fr/aquarelleautomn

Jean-Claude Chaillou

Peintre

126, route de la vallée

95780 Haute-Isle

France

Tél : 01 34 78 20 16

24/02/2009

MIREILLE DUBOIS-VANHOVE

"Il me semble que les Belges ne se rendent pas toujours compte de l'infinie misère de la population Africaine et du courage de ces femmes..." 

      photos afrique céramique 001_modifié-1

S.M. Bonsoir Mireille, puis-je vous demander votre âge ?

M. Oui Martine, vous pouvez...j'ai 67 ans et je suis née à Braine-le-Château, ma famille est originaire de cette ville et lorsque j'avais 6 ans nous sommes partis habiter Fayt-lez-Manage pour le travail de mes parents

S.M. Est-ce là que vous avez toujours habité ?

M. Non car après avoir fait des études de comptable j'ai épousé Richard Vanhove et nous nous sommes expatriés au Congo

S.M. Il y a longtemps de ça ?

M. C'était en 1964 et nous y sommes restés 27 années

S.M. Pourquoi êtes-vous partis vivre au Congo durant toutes ces années ?

M. Tout simplement par envie de connaître l'Afrique, pour voir d'autres horizons, et celà nous a beaucoup plu à tous les deux 

S.M. Avez-vous des enfants Mireille ?

M. Oui j'ai eu trois enfants. Un de mes fils est sculpteur et architecte, l'autre est ingénieur et ma fille écrit et illustre des livres pour enfants dont voici l lien  http://auroyaumedesdentartenciels.over-blog.com/

                            Femmes

S.M. J'ai lu que vous aviez comme passion la céramique, est-ce exact ?

M. Oui, en 1981 j'ai d'ailleurs ouvert un atelier de céramique et de peinture sur soie. Mon fils Stéphane a commencé à exposer avec moi ses sculptures, alors qu'il n'avait que 14 ans.

S.M. Votre passion ne se limite donc pas uniquement à la céramique ?

M. Non car j'ai surtout fait des recherches sur les émaux à effets et sur les cristallisations sur les émaux de grès, ma palette comportait une centaine d'émaux personnels, j'ai exposé deux fois par an au Centre Culturel Français de Lubumbashi.

S.M. Et de retour en Belgique à quoi avez-vous consacré votre emploi du temps ?

M. Lorsque nous sommes revenus en Belgique en 1991, j'ai ouvert mon atelier à Nimy et j'ai exposé mes céramiques et mes aquarelles sur soie dans ma région (Nimy, Braine-le-comte, Charleroi, Bruxelles etc...) puis je me suis tournée vers l'aquarelle sur papier.

                        aquarelles et collag 001

S.M. La création de votre atelier était-ce uniquement pour continuer à exploiter vos talents ?

M. D'une part oui mais d'autre part je me devais de montrer toute la misère que j'avais cotoyé au Congo.

S.M. Je n'ai jamais eu l'occasion d'y aller mais je me rends compte que c'est tout différend de chez nous...

M. Absolument car il me semblait à cette époque et encore aujourd'hui que les belges ne se rendent pas toujours compte de l'infinie misère de la population Africaine, du courage de ces femmes qui se levaient aux aurores et portaient parfois des kilos de légumes sur la tête, un enfant sur le dos, un autre par la main et un merveilleux sourire aux lèvres, de l'infinie tristesse des enfants, pieds nus, en haillons.

            Mireille-nimy

S.M. Maintenant que vous êtes loin de ce pays ne vous sentez-vous pas un peu impuissante face à la misère qui règne au Congo ?

M. C'est un peu ce que l'on peut dire mais je verse mes bénéfices à Médecins Sans Frontières afin de subvenir aux besoins des orphelins. C'est ma maigre contribution maintenant que je suis loin...

S.M. Malheureusement limités par le temps nous arrivons à la fin de cet interview, avez-vous encore envie d'ajouter quelque chose Mireille ?

M. J'aimerais faire savoir que La Galerie ART et MISS de Paris va m'exposer pour la 3ème fois en avril avec son exposition "artistes au féminin" Je renforce le message de mes aquarelles avec des collages pour l'intensifier.

S.M. Est-ce là le mot de la fin ?

M. Une dernière petite chose, j'ai aussi oublié de vous dire que ma petite fille Marie de 14 ans est l'auteur des poèmes qui sont sous les aquarelles, sur le site artmajeur. Elle a reçu, l'année dernière, le premier prix de poésie des tambours de la paix, elle a un site personnel http://www.mytexte.com/textes.php?auteur=Miyuki et http://www.mytexte.com/textes.php?auteur=Misa 

Je suis tellement fière de mes enfants et de mes petits-enfants...

http://www.artmajeur.com/michette

http://www.mireille-dubois-vanhove.com/

04/02/2009

ODETTE GODFROID

"J'aime voyager et je m'arrange pour aller voir des loups partout où il y en a !"
             au travaila
S.M. Bonsoir ma chère Odette, je suis heureuse de vous avoir ici ce soir et je vous en remercie car j'ai énormément d'amiration pour votre talent et pour votre manière de vivre.  Voulez-vous commencer par me donner votre âge si ce n'est pas indiscret ?
 
Od. Bien sûr,  je suis née en 1940, mon papa était prisionnier en Allemagne  
.
            Quim a
Mon chien Quim
 
S.M. Le dessin était-ce votre profession ?
 
Od. Pas du tout, je suis Institutrice de formation  mais  j'ai toujours été attirée par le dessin, puis un jour dans les années 70 je me suis mise à la peinture à l'huile en autodidacte.  J'ai eu envie de faire de l'aquarelle, mais  là je me suis rendue compte très vite qu'il me manquait les bases. Donc en 1995  j'ai décidé de me rendre à l'école d'aquarelle Namuroise,  où je suis toujours  d'ailleurs !
 
S.M. Vous avez eu un excellent professeur je présume ?
 
Od. Oui, j'ai aussi suivi des stages avec de grands maîtres. 
                     l'appel de la forêt 2
 
S.M. L'aquarelle est-elle votre principale occupation actuellement ?
 
Od, Non, l'aquarelle n'est pas ma principale occupation quoique en hiver je suis souvent dans mon atelier et j'en profite largement. Mais vous savez dans un ménage il y a d'autres obligations. 
 
S.M. Avez-vous d'autres passions ?
 
Od. Des passions, oui j'en ai d'autres, tout d'abord les loups, que je m'arrange pour aller voir partout où il y en a, malheureusement on ne peut plus entrer dans les enclos.  J'aime aussi faire du vélo quand il fait beau mais j'aime de moins en moins les côtes !  (rires)  
           enduo
 
S.M. Il m'a semblé voir un motorhome sur l'une de vos photos je suppose que vous aimez voyager ?
 
Od. C'est exact j'aime voyager en motorhome avec mon époux. Souvent on mélange deux choses, expos et voyages...ce que l'on fera encore cette année, mais une fois l'expo installée... en route pour le Mercantour découvrir le parc Alpha et repasser au Gévaudan les revoir aussi au parc de Ste Lucie. 
 
S.M. Je repense à ce que vous venez de me dire il y a quelques instants en parlant de votre amour pour les loups, est-ce la seule espèce que vous aimez ?
 
Od. Oh non j'aime tous les animaux d'ailleurs depuis que notre chien  Quim nous a quitté il y aura 3 ans en mars, il reste un énorme vide que nous ne parvenons pas à combler.  Il était  partout avec nous, regardez je vous ai apporté sa photo. Et sur mon site il y a un petit diapo qui le repésente si bien ! 
avec Quim

 
S.M. Nous approchons malheureusement de la fin de cet interview, avez-vous autre chose à ajouter qui vous tient à coeur ? 

Od. Oui j'aimerais encore dire que vous trouverez dans les "expositions à venir" quelques nouveautés. Un appel est lancé aux peintres: aquarelles, huiles et pastels, dans les sujets "Automne" ou "Animalier". Si vous avez des connaissances qui pourraient être intéressées  n'hésitez pas à aller me rendre une petite visite sur  mon site web pour les informations.

http://www.odette-godfroid.be

                     salonplessis

02/11/2008

L'AFRIQUE EST MA PASSION

"Je n’arrivais pas à «raconter» l’Afrique, j’avais trop mal" !

                           dyn004_original_483_489_pjpeg_2626806_efdbffbb80739bd48e66f545b60e3b14

"Grace Lynn, que je tiens dans mes bras sur cette photo est ma « petite fille » camerounaise…Ce qui m’en fait 10 !!!! C’est la fille de Koul, mon fils camerounais que je connais depuis son arrivée en Belgique, il y a 20 ans, comme étudiant".

 

S.M. Bonjour Marie-Noëlle, c'est un honneur de vous avoir ici aujourd'hui et je vous en remercie  car votre vie me passionne beaucoup et je voulais en faire profiter les lecteurs de Seniormania. Votre vécu ne laisse rien à désirer, commençons si vous le voulez bien par les présentations...  

M.N. Je m’appelle Marie-Noëlle Mortier, j’ai 57 ans, bientôt 58. J’ai passé une partie de mon enfance au Congo, belge alors.

Je suis enseignante depuis plus de trente ans dans l’enseignement spécialisé, j’y donne le cours de Français et d’actualité.

Je travaille surtout avec des jeunes caractériels, je dirais plutôt avec des jeunes « handicapés sociaux » de 16 à 21 ans.

Je suis aussi grand-mère de 5 petits enfants qui ont de 8 à 18ans…mais avec les familles recomposées, cela m’en fait 9 !!!

J’ai fait plusieurs séjours en Afrique, comme responsable de projets pour des ONG…Au Cameroun, en République Centrafricaine et au Congo.

                  Toleka2

Au Cameroun, j’ai fait de la sensibilisation sur le problème de diversification de l’alimentation.

En Centrafrique, j’étais responsable d’un projet de sensibilisation à la santé et à la scolarisation pour une ONG italienne.

Au Congo j’étais responsable d’un projet de réinsertion familiale et communautaire des enfants soldats et ai travaillé avec la Croix-Rouge congolaise.

      P3280004

 S.M. C'est déjà un sacré curriculum-vitae tout ça et malgré tout, vos occupations vous laissent de la place pour d'autres hobby's...  

M.N. Oui et il n'y en a pas qu'un, mon hobby principal est la peinture, je suis autodidacte et ai découvert mon talent l’an dernier, en septembre, je n’avais jamais tenu un crayon avant cela…J’ai  pris un mi-temps fin de carrière et cherchait à occuper mes loisirs. C’est devenu une réelle passion et j’y passe énormément de temps.

      dyn004_original_691_518_pjpeg_2626806_a8b93b015448a32bed68720854fffc4f

J’ai, par contre, toujours aimé la photo.

J’ai fait du théâtre pendant 10 ans dans une troupe de théâtre amateur de la région, le G théâtre. 

S.M. Vous avez aussi crée un blog http://marinou.skynetblogs.be via lequel on peut découvrir vos belles oeuvres et aussi de belles photos, pourquoi l'avoir appelé "Chemin de terre chemin de cœur" ? 

M.N. Parceque l’Afrique fait partie de moi et m’a fait découvrir beaucoup de valeurs essentielles comme la solidarité, la fidélité, l’amitié, le respect des ainés, la souffrance, la mort, la patience, le partage, la notion du temps circulaire...

      chez les pigmées

S.M. Quel était votre but en créant votre blog ?  

M.N. A mon retour d’Afrique, beaucoup de personne m’ont posé des questions, me demandaient de raconter et je n’y arrivais pas, le cœur gonflé de sa souffrance. Quand j’ai commencé à dessiner, c’était pour exprimer mes émotions envers ce continent merveilleux qui est en train de mourir…Je n’arrivais pas à « raconter » l’Afrique, j’avais trop mal.

                           l'héritière 07-09-2008 web

S.M. Ce blog est donc devenu votre moyen d'expression ?

M.N. Pas seulement mon blog car le dessin et la peinture m’ont aussi permis de m’exprimer, le blog me permet surtout de partager avec des gens du monde entier et aussi avec mes proches et mes amis.

De plus, j’ essaye de sensibiliser les lecteurs aux problèmes récurrents de cette Afrique et de « débanaliser » ces problèmes qu’ils ne connaissent que par les médias et essayer de changer leur regard fait souvent de clichés..

                               enfance meurtrie 27-04-08 copie

S.M. Si j'ai bien compris vous aimez également les contacts virtuels ? En avez-vous grâce à votre blog ?

M.N. Oui et je suis heureuse de lire des commentaires de blogueurs que je ne connais pas, ce n’est bien sûr pas mon souci principal, mais ça fait plaisir, c'est juste que je ne comprends pas que j’ai de plus en plus de visites sur mon blog et de moins en moins de commentaires…..Pourquoi ? Je n'en sais rien…

S.M. Marie-Noëlle vous attend avec impatience sur http://marinou.skynetblogs.be et n'hésitez pas à lui laisser un petit commentaire avec vos impressions..ce sont de petits gestes qui ne coûtent rien et font tellement plaisir. 

12/09/2008

HUGUETTE HOCHE

C'est avec beaucoup d'émotions que je viens d'apprendre la terrible nouvelle via Tchanou. Je te souhaite beaucoup de courage Huguette..ne baisse pas les bras...pleeeease !!
Martine DT
 dyn008_original_400_504_pjpeg__fa184d8a8b46cffb25430e200da9770d
........"C'est fini...On vient de m'annoncer lundi dernier que j'avais un cancer généralisé et je souffre chaque jour un peu plus.... je pense que ça ira très vite. Je laisse toutes mes photos à qui les veut pour en faire bon usage. Je vous remercie tous pour vos messages, votre gentillesse et vos encouragements. Gros bisous à tous,
Huguette"
Pour les mots de réconfort c'est  ici
Sur son autre blog on peut lire ceci : 

"Diagnostic confirmé: cancer général!

grand drame pour moi mais je m'en fais plus pour mon fils et mon mari qui est presque aveugle.

Je vends ma caravane aujourd'hui, car le mal devient insupportable malgré les patches de morphine. Je ne sais plus rouler en voiture et depuis hier midi je ne sais plus marcher.

J'espère quand-même encore pouvoir un peu poster sur mes blogs et je vous remercie tous pour ces mots doux de soutien qui m'encouragent, bisous, Huguette"

http://arthoche.skynetblogs.be

"J'aime tellement la peinture que j'ai crée mon atelier pour y enseigner ma passion" 
                 foto id Hug12 (1)
 
S.M. Bonsoir Huguette, si je me souviens bien c'est bien ça votre prénom ?
 
H.Oui, je m'appelle HOCHE Huguette et je suis née à Sint-Truiden (Saint Trond) le  28 mai1948
 
S.M. J'aime beaucoup vos oeuvres, avez-vous suivi certains cours en particulier ?  
 
H. En fait, jai suivi l'Académie de Dessin et de Peinture à Sint-Truiden où j'ai obtenu mon diplôme. 
.
      fotos jusque févr 2007 duplicata de disque-629
 
S.M. Vous faites du très joli travail, cela fait-il longtemps que vous peignez à l'huile ?
 
H. Oh oui, j'exerce la peinture à l'huile sur canevas depuis une 40aine d'années

S.M. Vous arrive-il de faire des expositions ?
 
H. Oui même beaucoup, j'ai fait de nombreuses expositions dans les grandes villes Belges et aussi dans le Valais Suisse.
.
          fotos jusque févr 2007 duplicata de disque-762
 
S.M. Faites vous des expositions pour le plaisir ou pour gagner des prix ?
 
H. Pour le plaisir mais ça fait toujours plaisir de gagner non ? Une expo à Ferrara (Italie) en 2004 m'a valu un premier prix de la Galleria d'Arte Moderna avec le tableau PIVONIA huile sur canevas 90x70cm. et j'ai également obtenu un premier prix du journal "Le Soir".
 
S.M. Vous aimez tellement la peinture que vous avez crée votre propre atelier si ma mémoire est bonne  ?

H. C'est exact car ma passion c'est la peinture et suite à cela j'ai eu envie de créer un petit atelier à Bruxelles qui s'appelle "Art-Club St-Vincent" .

 
S.M. Pour y travailler et exposer vos oeuvres ?
 
H. Pas du tout, j'y 'enseigne aussi mon art qui a beaucoup de succès. C'est assez varié, je pratique le dessin, la peinture à l'huile, l'acrylique et l'aquarelle.
 
S.M. Faites vous de la publicité ou autres pour vous faire connaître ?
 
H. Non mais vous pouvez me retrouver dans le Dictionnaire Encyclopédique International d'Art Moderne et Contemporain, édition  2005/2006.
 
S.M. Huguette, vous avez aussi crée un blog où l'on retrouve vos oeuvres, pourquoi l'avoir crée  ?
 
H. La création de mon blog  http://arthoche.skynetblogs.be est un moyen de faire connaître ma passion et de la partager avec d'autres bloggeurs, de recevoir leurs commentaires afin d'améliorer mes connaissances.

IMG_0102

 
S.M. Avez-vous déjà rencontré d'autres blogeurs ?

H. Non, je n'ai pas encore rencontré d'autre blogeurs mais j'aimerais beaucoup qu'un jour l'occasion se présente !
 
S.M. Avez-vous  encore quelque chose à ajouter pour terminer cet interview en beauté Huguette ?
 
H. Oui, j'aimerais vous dire ce qui suit concernant les Jugements Critiques: "on peut voir dans ses oeuvres la divinité de l'inspiration où tout correspond à une harmo, Je parfaite selon le coeur et la sensibilité de l'artiste" (F. Van Nerom, critique d'art) "Ses émotions sont comme des rivières sortant de leur lits, les jours d'orage. Une artiste pratiquant l'art avec l'intelligence et son coeur un arc-en-ciel après l'orage" (V. Bal, critique d'art)

Huguette

11/08/2008

LA CUISINE DANS L'AME

"Tout est en relation avec la Gastronomie chez moi, les gens me disent "je t'aime" au travers de mes plats. J'ai même souvent l'impression d'être un Extra-Terrestre ! "

         moitarte au chocolat tonka 3    

S.M. Bonjour Philou, je viens d'aller faire un grand tour sur vôtre blog et j'avoue que cela m'a donné l'eau à la bouche. J'étais curieuse de savoir qui se cachait derrière ces délices. J'ai d'autant plus apprécié du fait que vous acceptiez cet interview et j'en suis très flâtée.   

P. Pourtant  je dois avouer que c’est un exercice bien difficile auquel vous me confrontez, Martine. Parler, discourir, causer, converser, deviser, dialogue, discuter, s’entretenir, communiquer, bavarder, jaser, crier, débiter, baragouiner, haranguer, pérorer, vociférer, soliloquer, raconter, relater, retracer, citer, mentionner, grommeler, ânonner, balbutier, bafouiller, bégayer, bredouiller, zézayer, marmonner, murmurer, radoter, rabâcher, etc,…Tout cela, je le fais je dois bien l’avouer avec une certaine aisance voire un certain talent mais parler de moi,… c’est une autre histoire ! Mais bon, je me plie aux règles de bonne grâce.

S.M. Vous me donnez de plus en plus envie de mieux vous connaître Philou...qui êtes-vous donc ? 

 P. En fait, je suis un bonhomme tout simple relativement bien dans mes baskets. J’ai 46 ans et je suis … comptable

Je suis quelqu’un de totalement extraverti voire exubérant,  un peu « grande gueule » légèrement sanguin. Quelqu’un qui généralement ne passe pas inaperçu !  

S.M. Quelle est l'importance de la cuisine dans votre vie ?   

P.  En fait j’utilise la cuisine pour m’exprimer, pour extérioriser mes sentiments !    

      cookies 2
    

S.M. C'est une véritable passion en somme, avez-vous d'autres loisirs ? 

P. Pour tout vous dire,  tous  - et je dis bien tous -  mes loisirs sont en relation avec la gastronomie. Cela va de la cuisine à l’art de la table, de la coutellerie à la recherche de pièces d’argenterie du 19ème siècle. Bref, vous l’aurez compris, je suis un passionné.  

S.M. Comment cette passion a t'elle débuté dans votre vie ?  

P. C'est simple...bien qu’installé dans la vie professionnelle, j’ai eu envie, il y a 12 ans de prendre des cours du soir (option, restaurateur, traiteur et organisateur de banquet). Cela a duré 3 ans. Ces trois années ont été très importantes puisqu’elles m’ont permis d’acquérir les bases en cuisine que je n’avais pas. Et surtout de rencontrer les personnes qui à ce jour sont mes meilleurs amis.  

stj - fini2

S.M. Si je comprends bien c'est  une passion qui est innée chez vous ?  

P.  Oui je crois, puisqu'elle était déjà présente lorsque j’ai suivi cette formation puisqu’elle m’a permis de terminer avec mention « plus grande distinction » et meilleur étudiant pour tous les métiers de bouche.

Elles ont également été très importantes dans la mesure où pendant ces années et les 5 qui ont suivi, je me suis présenté  à beaucoup de concours tant amateurs que professionnels. Et sans fausse modestie, j’y ai rencontré beaucoup de succès. 

risotto à la rose

S.M. Quels genre de plats préparez-vous en général ?  


 P. J’essaie de faire une cuisine qui me ressemble, c’est-à-dire sans tabou, sans préjugé et relativement complexe. »  
Mais il arrive un moment où vous ne savez plus si les compliments vont directement pour votre cuisine ou si simplement les gens vous disent « Je t’aime » au travers de ce qui vous touche le plus. 

S.M.  Pouvez-vous nous donner plus de précisions concernant ces plats  ? 

P. Oui, bien sûr, pour tout vous dire, je suis un amoureux inconditionnel de la cuisine des terroirs car cette cuisine fait partie intégrante de notre culture, de notre folklore, de notre histoire. Je suis un ardent défenseur de nos produits liégeois, le sirop de Liège, le fromage de Herve, le peket, etc,… J’aime par-dessus tout, dépoussiérer, actualiser, customiser nos recettes terroir afin de prouver qu’aimer son terroir est plutôt de l’ordre de la branchitude que du ringardise

S.M. Vos plats sortent de la routine, cela ne déconcentre t'il pas trop vos hôtes ? 

P.  N’avez-vous jamais eu l’impression d’être un extra-terrestre ou de ne pas aimer les mêmes choses que les autres ?  Moi, ça m’arrive tout le temps !  

S.M. Nous voilà déjà arrivés à la fin de cet interview, comme le temps passe, je tiens à vous remercier du fond du coeur Philou et j'ignore ce que pensent les lecteurs mais en ce qui me concerne, j'ai un petit creux :-)

http://un-cuisinier-chez-vous.skynetblogs.be  

22/05/2008

JEAN-PAUL VOUS GUIDE

Roches, glace, faune et flore forment un décor somptueux où évoluent, pour leur plaisir, randonneurs, grimpeurs et alpinistes.  
                jp 1 st hubert
S.M. Bonsoir Jean-Paul, je viens de lire ceci sur ton célèbre blog : "RANDONNER CA FAIT UN BIEN FOU" ! Je suis persuadée que cela va intéresser beaucoup les personnes qui aiment s'adonner au sport, mais  comment cela se passe t'il ?  

J.P.  "Notre club NORDIC EVASION ainsi que RANDO EVASION et LA ROUE DES CHAMPS pour seniors actifs ( 55 et +) font partie de la fédération sportive SPORT SENIOR reconnue par l' ADEPS. Nordic Evasion est le seul club proposant la marche nordique.
.
S.M. Faut-il être membre de l'Adeps pour participer à ces marches ?
.
J.P. Non pas du tout, une autre façon de participer est de suivre des séances organisées par des profsEPS , Kinés ou instructeur NW. Moi-même j'ai une organisation RANDONNEE LANGUE ( wwx.rando-langue.be) qui propose 3 séances par semaine ( le mardi, le samedi et le dimanche).

 
S.M. Puis-je vous demander votre age ainsi que la tranche d'ages qui pratiquent ce sport régulièrement en votre compagnie ?
  
J.P. Aucune objection :-) J'aurai 65 ans fin de cette année, les activités proposées par les 3 clubs de CHARLEROI EVASION sont réservées aux 55 et + Les activités NW que j'organise sont pour un public de 12 à 99 ans. Il faut constater que ce sont surtout des personnes entre 45 et 75 ans qui pratiquent et surtout les femmes.
          Redu le 6-09-2007 (24)

 
S.M. Qui est finalement le fondateur ou les fondateurs du Club Charleroi évasion ?  
J.P. Les 2 fondateurs sont : Jean LIZIN ( 071.64.38.36) et René DOUMONT(071.21.57.39)
.

 
S.M. Il regroupe en fait 3 Sports différents  ? 
J'aimerais avoir un peu plus d'explicatiuons pour distingeur façilement ces 3 Clubs.
 
J.P. Je vais vous expliquer tout ça très clairement en fait voici :
1. RANDO-EVASION" PROPOSE DE LA RANDONNEE ET DE L'ORIENTATION 
Tous les jeudis avant midi, il y a une randonnée de +/-10km qui est  guidée par un animateur sport senior breveté ADEPS,
Le traçé est repris sur une carte IGN et les participants peuvent , tout au long de la balade, se familiarisés avec la lecture de carte et l'orientation.

 
2. LA ROUE DES CHAMPS" ORGANISE DES SORTIES VELO 
A la bonne saison ce sont des sorties en vélo de plus ou moins 3 heures, encadrée par un animateur ADEPS Sport Senior qui sont proposées.
 
3. EVASION NORDIC" INVITE A UNE INITIATION ET DES BALADES EN MARCHE
NORDIQUE-NORDIC WALKING 
A partir du 1er mars,  des séances d'initiation et des balades en Nordic Walking - Marche nordique seront proposées le lundi à 10 h pour les seniors affiliésLe départ est à 10hrs depuis le Centre de Délassement de Marcinelle. Les séances sont encadrées par moi-même qui suis moniteur ADEPS(niv3) en randonnée sportive, accompagnateur en montagne( brevet d'état France) et instructeur FFNW en Nordic walking.
         Hymiée le 03-01-2008 (9)
S.M. Je suis certaine que ce sont des expériences riches de rencontres ? 
.
J.P. Oh oui alors, car quel que soit l'activité pratiquée l'autre élément important est la convivialité qui règne dans nos clubs, le plaisir de se retrouver.
 
S.M.. Les personnes qui veulent participer à l'une de ces trois activités  doivent-elles être membre ou remplir des formalités, comme l'assurance etc....?
  
J.P. Les personnes qui veulent participer aux activités des 3 clubs doivent se faire membre soit de 1, 2 ou 3 clubs suivant les disciplineS qu'elles choisissent de pratiquer? Par exemple la côtisation pour 2 disciplines est d'environ 30 € par année.
De cette manière ils sont affiliés à la Fédération sportive Sport senior et à l' UCP.
L'affiliation demande que le membre rentre un certificat médical attestant son aptitude à la pratique des disciplines choisies. De plus la cotisation comprend également une assurance.

 
S.M. Et quels sont les infos pratiques à savoir avant de commencer un tel sport, car je suppose que quelqu'un qui a une vie sédentaire ne peut pas s'aventurer à la légère surtout à ses débuts...?
.
J.P. I' initiation tient compte de la pratique sportive de chacun et nous adaptons bien sûr la séance aux attentes de chacun. Ce n'est qu'avec une pratique régulière que l'on sent s'installer en soi le bienfait procuré par l'activité physique.
                                                           jp blog
    
 
S.M. Et vous parvenez à créer un blog malgré le temps que vous consacrer à votre sport favori, car je suppose que vous êtes très actif.
.
 
J.P. En fait,  je m'occupe d'un site web www.rando-langue.be et de 2 blogs :  http://rando-evasion.skynetblogs .be  et http://bureaudesguidesdeviroinval.skynetblogs.be
.
 
S.M. Avez-vous d'autres passions ou des hobby's ? 
.

J.P. J'ai essentiellemnt une grande passion pour la MONTAGNE. Chaque hiver pendant environ 5 semaines j'encadre, en montagne, des classes de neige et l'été je pars une ou deux semaines en randonnée dans la montagne avec d'autres personnes. En dehors de cela je lis beaucoup et je m'essaies à l' aquarelle.
.
S.M. Je trouve que vous avez une vie très enrichissante, ce doit être extraordinaire de découvrir à chaque fois d'autres horizons si je puis dire ?
.
J.P. C'est effectivement un joli monde, les passionnés de montagne peuvent en témoigner, ils découvrent chaque jour un monde merveilleux et complexe.
Roches, glace, faune et flore forment un décor somptueux où évoluent, pour leur plaisir, randonneurs, grimpeurs et alpinistes. Ce monde a des attaches, une culture. Transmettre la passion de la montagne implique de nombreuses mise en garde et conseils de prudence. Ceci est  tiré de l'avant-propos du livre MONTAGNE PASSION de Damilano et Gardien aux ED. hachette. Cette pratique requiert beaucoup d'humilité même pour un profesionnel comme moi.
.
S.M. Un grand merci Jean-Paul de nous avoir quelque peu oxygèné en acceptant cet interview, je laisse maintenant les lecteurs découvrir ton superbe blog http://rando-evasion.skynetblogs.be 
.
J.P. Ce fût une joie de partager mes émotions avec vous tous. A bientôt j'espère et pourquoi pas lors d'une randonnée  !
.   

28/03/2008

PASCAL FACE AUX DEMUNIS

Il me dit : "Ce qui me peine le plus, c'est le manque d'intérêt de nos politiciens et de certains médias face aux plus démunis.."   
                                              
                                                CIMG6888

S.M. Pascal, voudrais-tu nous expliquer pourquoi "LA MAISON DU COEUR" te tient tant à coeur ? 
.
P. La maison du coeur est une asbl (sans but lucratif)
Il y a plus ou moins 40 personnes qui travaillent pour cette association.
Heureusement beaucoup d'entre elles sont à la retraite. C'est un boulot monstre pour ces bénévoles. L'argent gagné par cette association va directement au plus démunis. C'est rare de nos jours. Au moins avec la maison du coeur l'argent est bien utilisé, achats de médicaments, de nourriture, l'aide psychologique aux personnes et bien d'autres encore. Les bénévoles qui y travaillent ont tous le coeur sur la main.
.

 

S.MQuels sont tes objectifs concernant l'avenir de cette ASBL ?
.
P. L'avenir fait assez peur et pourtant rien qu'en nourriture 200 familles dépendent de la M D C. Le camion est vraiment en piteux état et cet outil est indispensable. Sans ce camion  plus de nourriture, plus de livraisons de meubles pour les isolés ....
Voilà pourquoi cette rencontre du 06 septembre 2008 est si importante.
Il n'est pas interdit d'espérer.. qui sait peut-être aurons nous assez d'argent pour acheter un camion d'occasion, ou peut être une grosse firme offrira t'elle un de ses camions à la maison du coeur.
Je crois en l'homme et surtout en la richesse de son coeur.
Les objectifs de cette association sont de sortir des personnes de la misère, de faire bouger les choses, nous ne pouvons ignorer qu'il y a des gens qui meurent de faim et qui vivent dans des conditions misérables,  même à notre époque.
.
S.MCela te prend-il beaucoup de ton temps libre ? 
.
P. OUI pour le moment je travaille énormément surtout via les mails et appels d'aides. Heureusement Jojo et Brigitte m'ont donné un sérieux coup de main, suite à cela nous avons crée le blog de rencontre 2008
.  
.

 
S.M.  A combien estimes-tu le nombre de participants pour la rencontre du 6 septembre prochain ?
.
P. Nous n'avons pas encore commencé à prendre les réservation pour la simple et bonne raison c'est que nous ne savons pas encore quel prix nous demandera le traiteur. Une chose est certaine c'est le lieu de la rencontre, une belle salle, avec une cour sécurisée pour les enfants (c'est une ancienne école dans la région de Hannut). Voici l'adrese :
L'espace Lensois  rue des bourgmestres n° 8 à 4280 Hannut (Lens Saint Remy).
Je ne suis qu'un petit pion dans ce travail, je tiens à féliciter les 40 bénévoles de la maison du coeur et surtout Mr et Mme Volont ce sont des personnes très chères à mon coeur.
Je voulais également préciser que j'ai écrit à plusieurs médias.
dont la dépanneuse de BEL RTL, mais je n'ai pas encore reçu de réponse à ce jour.
J'ai entrepris la même démarche auprès de la RTC de liège et j'ai également contacté La Dernière heure Les Sports. 
Les seuls qui ont répondu à l'appel sont le journal la Meuse de la région de Huy-Waremme.  Je remercie Madame Sprumont, la journaliste qui à consacré une page entière à la maison du coeur dans son journal du 26 mars 2008.
Je remercie également Julie de Skynet http://toutsurles.skynetblogs.be
pour sa collaboration d'avoir accepté de promouvoir cette rencontre.
Ce qui me peine le plus, c'est le manque d'intérêt de nos politiciens et des autres médias.
Ils  ont  fait beaucoup de foin pour la santé de notre Premier Ministre et pour d'autres choses bien inutiles .
Mais pour une chose aussi importante c'est le mutisme le plus complet.
Heureusement et j'en suis certain, nous pourrons compter sur la présence de beaucoup de monde ainsi que des blogeurs.
Pour les infos rendez-vous plus bas !  

05/03/2008

DANIEL CHRISTIAN

"La flamme de ma passion, qui m'habite depuis environ 45 ans, s'est ravivée lors de la création de mes blogs automobiles."

.

moi  Guadalest

S.M. Bonjour Daniel....

.

D. Bonjour Martine, inutile de me poser la première question, je connais tes procédés désormais :-) alors soit....

 j-e   m-e   l-a-n-c-e, je suis né à Mons, jolie petite ville bien sympa et bien agréable voici un peu moins de 62 ans un 27 octobre 1945...j'étais un gros bébé joufflu de 5 Kg...mon enfance était classique, au sein d'une famille classique, ma soeur Christiane a maintenant 68 ans...

.

S.MD'après ta date de naissance je constate que tu es un Scorpion,

certaines personnes disent que chaque signe à ses propres caractéritiques, y crois-tu   ?

.

D. A vrai dire je ne crois pas plus qu'il ne faut aux signes du zodiaque mais je dois

reconnaître que j' ai assez bien de caractéristiques...surtout pour la ténacité, le caractère obstiné mais raisonnable, passionné comme pas permis.., quasi sans limites mais dans le bon sens seulement...j'en passe et des meilleures...

je suis sincère et sensible, un petit rien me fait plaisir, le contraire aussi...c'est ainsi que je suis...et toujours un peu cabotin comme tous les Scropions...j'ai aussi un côté assez bohème...peu attaché à l'argent qui n'est qu'un moyen et non une fin en soi... très peu d'amis mais des amis fidèles et sûrs sur lesquels je peux compter...il est vrai que je suis très sélectif en amitiés...

.

S.M. Malgré ton côté bohème tu as quand même entrepris des études ? 

.

D.   Oui bien sûr ,comme tout le monde, seulement j'ai fait mes études chez les petits frères des écoles chrétiennes...et ensuite j'ai entrepris un graduat en comptabilité à Cuesmes...

                                       photos NB famille1

S.M. Tu as eu une carrière professionnelle bien remplie, de quel métier gardes tu un bon souvenir ?

.

D. J'ai beaucoup aimé travailler, un peu plus de 10 ans, comme correspondant de presse, rédactionnel et photos, pour le Journal Le Nord Eclair. 

.

S.M. Lorsque tu étais un jeune homme tu étais passionné par le autos, comment a débuté cette passion ?

.                                             

D. Elle a tout simplement débuté  lorsque j'ai reçu ma  première voiture d'occasion alors que je n'avais même pas 20 ans, c'était une VW coccinelle gris souris, elle coûtait 35.000 FB , elle avait  5 ans ..et c'est à partir de ce moment là que ma passion pour l'automobile a commencé...et ne s'arrêta plus..

.

S.M. Quels sont tes autres passions Daniel ?

.

D.  Je peux dire que d'égale importance ce sont dans l'ordre  l'automobile, le sport,  la photographie et aussi le chant...

        Copie de DPSCamera_0071
 

S.M. La photographie et le chant n'ont pourtant rien à voir avec les automobiles  ?

.

D. Non je sais mais vers 17 ans, j'ai attrapé le virus de la photo au contact de Claudine qui est mon amie d'enfance... son père était un portraitiste réputé et son oncle était photographe, il avait également opté pour la photo des sites industriels...ces enfants font d'ailleurs couramment des expositons des oeuvres de leur père...de fil en aiguille je suis donc tombé dans la soupe un peu tard et j'y suis resté...

.

S.M. Est-ce que tout cela a laissé de la place pour une vie sentimentale ?

.

D. J'ignore si ç'en est la cause mais j'ai eu une vie sentimentale, malheureusement, un peu compliquée,  deux mariages, deux divorces, résultat j'ai 3 enfants (40 ans, 38 ans et 31ans) une fille et deux garçons...et actuellement je vis avec une compagne vraiment charmante et j'espère que celà durera...très longtemps...

.

S.M. Tu gardes donc toujours une petite place pour tes passions dans ta relation amoureuse actuelle ?

.

D. :-) Je ne dirais pas une petite place, mais moins de place qu'avant et puis ma compagne est très compréhensive et partage mes passions, c'est ce qui est formidable.. Plus rien à voir avec ma jeunesse, car quand j'étais jeune, l'automobilisme me passionnait, je faisais des slaloms et des rallyes avec des voitures pas possibles, NSU Prinz 3, Skoda 1000MB, Peugeot 204, Skoda coupé Il OR. Mais j'ai arrêté tout ça vers 27 ans car je n'avais plus assez d'argent, j'ai encore juste pratiqué l'automobile en amateur.

                           autoportrait-ascenseur
S.ML'automobiles, les rallyes  coûtent quand même plus cher que la photographie et le chant ?

.

D. Ca oui alors !! Mais j'ai quand même repris les rallyes de régularité historiques depuis un peu plus de 10 ans...et le pire c'est que j'en suis totalement acharné...
.
S.M. Et tu as pratiqué aussi du sport durant toutes ces années ?
.
D. Oui j'ai pratiqué du foot entre 11 ans  et 29 ans...également un peu de tennis et ensuite le jogging pour arriver au marathon et épreuves de 100 Km telles Millau et Belvès...mais çà j'ai dû arrêter pour des problèmes de dos, actuellement je pratique beaucoup  de marche avec ma compagne, une bonne ballade lorsqu'il fait beau, ça fait du bien.
.
S.M. Tu m'avais parlé d'une autre passion, le chant  ?
.
D. Oui, j'aime interpréter les grands de la chanson française...Brassens, Brel, Bécaud, les trois B comme je les nomme, Montand, Ferré, Chevalier...j'arrête car j'en oublierai de toute façon... quand j'ai du temps entre deux autres passions, il m'arrive de chanter pour des personnes du troisième âge dont je fais maintenant partie...
                  moi sur coucher sol
S.M. Tu as finalement une vie bien plus calme désormais ?
.
D. Oui si on peut dire, ma passion m'habite depuis environ 45 ans avec bien sûr des périodes plus calmes   mais sa flamme s'est ravivée lors de la création de mes premiers blogs automobiles. Je dirais qu'elle s'est réellement ravivée lors de la création de mon blog photo ouvert depuis fin juin 2007.
http://photos-diverses.skynetblogs.be D'ailleurs il vous suffit de le visiter pour comprendre que je touche à beaucoup de catégories avec peut-être une réelle préférence pour les paysages, les fleurs et l'insolite...
.
S.M. Qu'est ce que tu aime le plus quand tu visionnes les blogs des autres personnes ?
.
D. Dans certains blogs j'aime beaucoup les relations amicales que l'on peut nouer entre personnes patageant une même passion...et aussi la possibilité de rester très humble quand on voit les oeuvres de certains collègues...je tire mon chapeau !
.
S.M. As-tu déjà participé à des rencontres de Skynet blogeurs ?
.
D. Je n'ai jamais participé à une rencontre entre bloggeurs car je me suis vraiment intégré dans ce "milieu" voici seulement un peu plus de trois mois...dans l'immédiat je ne saurais participer car je vais sous peu retourner vivre en Espagne où j'ai d'ailleurs mon domicile...j'y vis environ 9 mois pour 3 mois en Belgique...j'ai un ordi en Espagne qui me permet de continuer les blogs...et les visites virtuelles. 
.
S.M. Un petit mot pour conclure notre tête à tête Daniel ?
.
D. Oui j'ai envie de dire que je trouve les Skynetblogs très bien organisés, ils ont un visage humain...
et je dis bravo à tous ces gens de chez Skynet qui y travaillent jour après jour pour essayer de nous satisfaire au mieux. Vraiment, je le pense, ils font un boulot extraordinaire. Je m'arrête là car bientôt vous en saurez autant que moi sur ma vie (rires)...

26/01/2008

Eléonore Visart de Bocarmé

 "Je remercie la Vie qui m’a délivrée de l’ignorance dans laquelle j'étais plongée..." 
.
S.M. Bonjour Eléonore, vous êtes l'auteur du livre en deux tomes "Parcours d'une révolutionnaire" dont vous nous parlerez plus bas dans cet interview. Puis-je demander comme de coutume de vous présenter ?

 

                                    rubon227

E. "Je m'appelle Eléonore Visart de Bocarmé, je suis née à Bruxelles en 1942. J'étais catholique pratiquante, et je vis comme la majorité de mes concitoyens. A la suite d'une dépression, je supplie le ciel de changer ma vie et l'aventure commence. Je ne m'arrêterai plus. Tout est remis en question : la société et notamment la religion et la médecine. Je comprends que si l'humanité ne change pas complètement d'attitude envers la vie, humaine et animale, si cette humanité ne se remet pas en question en abandonnant ses traditions, ses cultures, ses croyances qui l'ont amenée au bord du gouffre, elle risque bien de disparaître. Je vais tenter d'éveiller les consciences par des lettres, des conférences, des livres : "Ces chrétiens, ambassadeurs du Christ" 1989, " Cette vie que nous assassinons" 2000, "Parcours d'une révolutionnaire" 1er et 2ème tome 2007. 

Je soutiens plusieurs associations de protection animales et écologiques comme la  CVN « Convention Vie et Nature pour une Ecologie Radicale », TU-PA, « Trait d'Union pour la Protection Animale » et VEO, « Vision Ecologique de l’Ornithologie. "

.

                                    Pierre et moi1

                                    Pierre, mon mari et moi


 

S.M. Allez-vous nous révéler l'introduction  du 1er Tome de l'un de vos livres "Parcours d'une révolutionnaire" ?

.

.

E. "Oui le voici :

Dans "Parcours d'une révolutionnaire", nous partageons la vie de l'auteur dont le but est d'éclairer le lecteur sur les mensonges et les manipulations dont nous sommes tous victimes, réveiller le plus possible les consciences, comme la sienne l'a été, afin de pouvoir résister à la dictature du Nouvel Ordre Mondial dont la puissance s'accroît "grâce" aux découvertes d'une science criminelle contre laquelle A.Einstein nous avait mis en garde dès 1946. Ce livre est un appel à la révolution intérieure en premier lieu, puis extérieure contre le conditionnement que nous subissons tous, entre autres,  par les religions et  le système, pour faire de nous des êtres soumis qui s'imaginent, c'est un comble, être libres. « On » a choisi pour nous ! Il en va ainsi pratiquement dans tous les domaines de la vie : croyance, politique, historique, médical, et enfin dans la consommation. Une note d'espoir : cette révolution est en cours parmi une minorité qui s'agrandit chaque jour, une minorité rebelle à tous dogmes, qui redécouvre la Mère Terre comme le faisait les Amérindiens mais plus éclairée encore  elle découvre que l'homme, l'animal et la nature forment un tout qu'il est vain de vouloir cloisonner : la survie de l'un passe obligatoirement par celle des autres."

         Avec mes trois fillles

         Mes trois filles et moi 

.

S.M. Et quelques résumés que va passer l'éditeur

.

.

E. "C’est avec beaucoup d’émotion que je remercie la Vie qui m’a délivrée de  l’ignorance dans laquelle j’étais plongée. Je souhaite que cette «grâce» soit accordée à tous les habitants de cette Terre. Et quel privilège aussi d’avoir pu découvrir toutes ces petites consciences qui sont pour moi autant de sœurs et frères de cœur que j’aime, et qui vivent déjà ce germe d’une nouvelle humanité en laquelle je crois : merci à toi Vesna si pure, si lumineuse, qui comme moi ne pourra être vraiment heureuse tant que la souffrance sévira sur la terre, à toi  «terrienne» que je comprends si bien, à toi Françoise si courageuse, comme Thierry qui par tous les temps dresse son «échoppe végé», sans oublier son site :, Gérard Charollois dont les lettres nous régalent, Armand Farrachi à qui nous devons quelques bons livres, sans oublier Marie-Claire, Nathalie, Isabelle,  Christiane, Myriam, Charlotte, Nicole, Edith, Sonia, Jean-Claude Hubert, Mary, Michèle, Bernard  … Merci d’exister, vous êtes très précieux pour la Planète et égoïstement pour moi. Grâce à vous, je garde l’espoir qu’une autre humanité est possible. Ensemble, nous commençons à formuler un nouveau mode de pensée, celui qui pourra sauver l’humanité car je suis persuadée qu’Albert Einstein voyait juste quand il disait : «Il est indispensable de formuler un nouveau mode de pensée, si l’humanité veut survivre et atteindre un plan plus élevé !»
Numériser0017
Mon fils et ma fille 
dyn005_original_448_336_pjpeg_2584326_6bf13b145fe65e461396ede2b6abe610
Merci aussi à mes enfants d'être ce qu’ils sont, à mon époux qui doit souvent me voir comme un tyran et doit supporter mes découragements, mes révoltes face aux horreurs perpétrées contre la vie…. "
"Le monde n'avançe que grâce à ceux qui s'y opposent" Goethe
Marie 2
 Marie, ma fille trisomique  
Marie jolie
 

Pour en savoir plus sur le "Parcours d'une Révolutionnaire" de Eléonore Visart de Bocarmé, lisez l'article ci-dessous

http://seniormania.skynetblogs.be/post/5475435/parcours-dune-revolutionnaire-elvdb#comments 

23/12/2007

LE PAPA DE BIGLODION

"Savoir rire de soi, n'est-ce pas une composante de l'humour Belge ? Des wallons, des bruxellois et des flamands plein d'humour m'ont aussi influencé.."

 

          Sans titre

  

S.M. Bonjour, Claude. Enfin, tu acceptes une interview, autant dire que j'en suis très heureuse...

 

B. Oui, Martine, pour toi. Le courant est passé entre nous depuis la réunion des blogeurs au Laerbeek. C’était ma première sortie « blogueur », souvenir extraordinaire.        

                                                                 

 

S.M. C'est gentil de dire ça, j'en suis très flattée  d'autant plus que c'était la première fois que j'organisais une rencontre de blogeurs skynet ...et te compter parmi les participants fût une réelle joie...En parlant de joies veux-tu nous expliquer d’où te viens ton sens de l’humour ?

 

B. Figure-toi qu’à l’école primaire, j’étais toujours premier de classe. En tout, sauf en gymnastique. Impossible de décoller mon cul quand il fallait monter à la corde. Pour contrer la risée et avoir des amis, j’ai joué à faire le con. J’ai appris qu’on se faisait beaucoup d’amis en faisant rire et sourire.

                                                          Sans titre3

 

 

S.M. Si je comprends bien l'humour est un genre de vocation chez toi  ?

 

B. Dieu est partout. Coluche a dit : « Dieu, c’est comme le sucre dans le lait chaud, on ne le voit pas mais il est partout ». Je vis le bonheur, la nature toute proche, les enfants, les beaux-enfants et mes cinq petits-enfants. Ils sont Dieu. J’ai conscience de ce que j’ai la plume plus facile que le bricolage, et que, pourquoi pas, si des inconnus rencontrent mon blog, sourient en lisant mes conneries et oublient leurs soucis, un instant, j’ai gagné, j’ai offert en retour ce que la vie me donne au quotidien.

 

S.M. Mais es-tu un homme qui n’a jamais de soucis, de problèmes ?

 

B. Heureusement, oui. Quand le ciel est tout bleu, on oublie que le ciel est bleu. Quand passent des nuages, on apprécie le soleil qui revient. Et on remercie le ciel.

           Sans titre6

 

 

S.M. Un exemple de problème, s’il te plait ?

 

B. Pour moi, les factures ne sont pas un problème. Le problème, ce sont les deuxièmes rappels de factures.

 

S.M. Ça, c’est du Biglodion, pas du Claude. Aujourd’hui c’est Claude que j’interview.

 

B. Heuuu, ah, bon. Martine, un bon post ne peut pas être trop long. On va boire un café ?

 

S.M. Oui c'est une excellente idée, si tu me promets la suite, hein.

 

B. D’accord, Martine.

          Sans titre8

 

S.M. Rebonjour, Claude, puis-je reprendre l’interview ?

 

B. Si je peux reprendre un café, oui.

 

S.M. Du chantage ?. Alors soit mais entretemps une question me vient à l'esprit  : d’où viens-tu ?

 

B. Mon origine, mes racines, ma naissance, mes vacances, mes découvertes de la vie et de la nature, c’est Nismes, actuellement Viroinval. Pour en savoir plus, vas voir http://imagesdebelgique.skynetblogs.be  de Claude Carlier, respire sa bannière, la rencontre des deux eaux noires, et clique sur les tags Nismes, Viroinval, Monmon. Monmon, c’est mon grand-oncle. Hé oui, c’est génial, skynetblogs. J’y ai retrouvé Ricochet, le fan de Mireille Mathieu et découvert Claude Carlier, merveilleux capteur d’images. Et je m’y suis fait des amis, dont toi.         

 

S.M. N’est-ce  pas à Nismes que Biglodion habite au cinquième étage ! Alors ?

 

B. Effectivement. Le cinquième, c’est l’étage où habitait mon ex-belle-mère, à Bruxelles, à la croisée de l’avenue Paul Deschanel et de l’avenue Rogier. Peut-être m’a-t-elle inconsciemment inspiré pour les annonces avec maman.

 

S.M. Bruxelles ! Tu connais Bruxelles ?

 

B. Mon enfance était partagée entre Woluwé, où habitaient mes parents, Nismes pour les vacances et Notre-Dame de la Paix, l’école des Petits Frères, près de la place Dailly. J’étais entouré de bruxellois. Plus tard, j’ai travaillé à Bruxelles, entouré de flamands.

         Sans titre

 

S.M. Chouette ou pas, ce mélange ?

 

B. Culturellement parlant, c’est génial et ça m’a ouvert l’esprit. Par contre, je me sens de nulle part. J’adore Bruxelles, je m’y plais mais j’y suis comme un immigré intégré. Dans mon village natal, pour me faire reconnaître, je dois citer les noms de mes grands-parents maternels, bien connus des plus vieux du village, presque tous disparus. Pour les autres j’y suis un inconnu.

 

S.M. Si je comprends bien ton domaine, c’est le cinquième étage, alors ?

 

B. Le cinquième étage, avec Kiki et Maurice, c’est le domaine de Biglodion. Le mien (scoop), ce sont 73 ares, dans un coin de Wallonie, 73 ares entre un pré à vaches et un champ de maïs.

         Sans titre4

 

S.M. Je suppose que tu as beaucoup d'animaux ?

 

B. Oui et non : j’ai eu des souris blanches, des hamsters, des chinchillas, des chats, des poules, des canards, des oies, des moutons, des chèvres, un couple de paons et, cerise sur le gâteau, deux émeus. Pour l’instant, il n’y a plus d’animaux domestiques, il y a des faisans, des troglodytes, des mésanges, des hérissons, des piverts, des écureuils et les chats des voisins.....il est bon ton café.....!

.

S.M. Une question directe : qui est Biglodion ?

 

B. Heuuu, jeune, Biglodion a poursuivi des études. Après avoir réussi brillement l’épreuve du bac à sable, il s’est planté dans l’épreuve de la pâte à modeler. Après, Biglodion est devenu le papa du gamin, qui n’en rate pas une, surtout dans ses questions pertinentes et embarrassantes. En père célibataire modèle, il tente d’exceller dans la cuisson de la chipolata et l’ouverture de boîtes de raviolis. Il est bricoleur dans l’âme mais pas dans la pratique. Il habite au cinquième étage, en face de la voisine de palier, avec Maurice le poisson rouge et Kiki le hamster. Parfois, Biglodion se sent vieux et doit affronter sa maman de quatre-vingt ans.

 

S.M. Est-ce que Biglodion est sportif ?

 

B. Oui. Heuuu, un petit oui mais oui. Un tout petit oui. Le sport favori de Biglodion est de dérober le micro de l’accueil au supermarché et d’y faire des annonces idiotes. Il faut savoir courir plus vite que la caissière en chef.

          dyn009_original_448_336_pjpeg_2584326_6beb4d456976c6c2ab85ec06baf82df3

 

S.M. Biglodion a-t-il un but dans la vie ?

 

B. Heuuu, non, Biglodion n’a jamais joué au football.

 

S.M. Quelle est la première petite annonce de Biglodion ?

 

B. Heuuu, il faut remonter la ligne du temps, aller dans la colonne ‘Archive par jour’, descendre au 15 février 2006, date de la création de http://colsclaude.skynetblogs.be  et lire celle d’en bas de la page. C’est celle-ci : « Pépé vient de décéder. On l'a enterré avec son dentier. Maurice déprime. Maurice,c'est le poisson rouge du gamin. Il est maintenant seul, la nuit, dans son bocal. Je cherche pour Maurice un dentier, haut et bas, de maximum 28 centimètres car c'est la dimension de l'ouverture du bocal de Maurice. »

           

S.M. Mais ce n’est pas Biglodion qui écrit les petites annonces. Qui se cache derrière Biglodion ?

 

B. Heuuu, ben, c’est-à-dire, c’est toute une histoire. Une autre histoire.

 

S.M. Peut-on la connaître ?

 

B. Une autre fois. Attention, ce ne sera rien que pour toi, Martine, et pour Senior Mania.

.

S.M. Oh non tu ne va pas nous faire ça...nos lecteurs attendent la suite avec impatience..allez mon cher Claude....une question me passe par la tête : les aventures de Biglodion sont-elles réelles ?

               Sans titre5
 

B. Soit je suis d'accord...Tout auteur laisse une part de lui-même dans son œuvre. Les oeufs verts dans le frigo, c’est moi qui les y ai mis. Imagine ma tête quand j’ai vu ma mère jeter les œufs. Par contre, l’histoire des boîtes de conserve est l’œuvre de mon fils : il avait retiré et remis différemment les étiquettes des boîtes d’ananas, de riz au lait, de boulettes pour chat. Plusieurs autres aventures sont réelles mais je ne sais pas s’il y a prescription. Le reste, c’est Biglodion. Et puis, c’est si bon de croire que c’est réel, comme le coup des merguez qui flottent dans la piscine d’un copain.

 

S.M. D’où vient ton style d’humour ?

 

B. Personne ne se fait tout seul, chacun de nous est le résultat d’une somme d’influences et d’expériences que nous transportons comme un sac à dos. Il est important de s’arrêter de temps en temps, de vider son sac à dos et de n’y remettre que ce qu’on estime bon à garder. La « sévérité gentille » que Biglodion éprouve pour le gamin vient certainement de mes parents  mais aussi de l’éducation reçue des Petits Frères, exemplaires dans leur savant mélange de sévérité et de gentillesse. Arthur Masson, natif de Viroinval et père de Toine Culot, m’a certainement influencé. Sans oublier Jacques Brel, le peintre, le reporter photographique, le tout en chansons, en textes. Il suffit de réécouter Les Vieux ou Les Fenêtres et bien d’autres pour s’en convaincre. J’ai senti cette influence de Brel après la lecture d’un commentaire sur le blog : « Chouette tes annonces, on voit ce que tu écris ». René Magritte m’a permis de m’autoriser à laisser vagabonder mon imagination. Je connais bien le Vieux Cimetière, là où Magritte a puisé son inspiration. Et puis, savoir rire, savoir rire de soi, n’est-ce pas une composante de l’humour belge ? Des wallons, des bruxellois et des flamands plein d’humour m’ont aussi influencé.

                                                                          dyn003_small150_389_480_jpeg_2520423_0b650131e0afdf67600f0909fa9bf157 

 

S.M. Te donnes-tu des limites dans tes petites annonces ?

 

B. Oui. On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui. Les petites annonces sont, heureusement, lues par beaucoup de personnes. J’en tiens compte avec, quelques fois, des débordements. « Papa, y a tes couilles qui dépassent » ne plait pas à tout le monde.

 

S.M. Dernière petite question...Un rêve, un espoir personnel ?

 

B. Oui : que continue en moi ce plaisir d’envoyer des petites annonces sans savoir qui va les lire. Un autre : être édité. Je rêve de distribuer des exemplaires aux convalescents dans les hôpitaux. L’espace d’un instant, distraire les gens de leurs soucis. Les petites annonces, après sélection, pourraient également être utilisées dans les écoles, pour donner aux jeunes le goût de lire et, qui sait, d’écrire.

 

http://colsclaude.skynetblogs.be

30/11/2007

UN BLOG A 4 MAINS

"Je suis une femme poète vivant dans le Midi de la France !"

                                    ma photo préférée

                                             Ma photo préférée

S.M. Bonjour Mireille, me permets-tu de t'appeler Mimi puisque c'est ton surnom ?

M. Oui, bien sûr! Dautant quon se connaît un peu par blog interposé..

S.M. Je viens de lire l'intégralité de ton blog....et je dois dire que tu es un sacré personnage, beaucoup de questions me viennent à l'esprit, mais commençons par faire connaissance car je suis certaine que beaucoup de lecteurs brûlent d'envie de mieux te connaître.. 

M. L'intégralité de mon blog! Il faut que tu aimes la poésie alors, parce quà part quelques articles sur ma région, je ny mets pas grand-chose dautre et pour cause, je ne sais faire que çà, écrire. Enfin, je crois. Jai 61 ans, je suis mariée et je vis séparée de mon mari mais nous nenvisageons pas de divorcer. Nous avons longtemps vécu en Afrique ensemble (le Cameroun longtemps puis le Tchad en pleine guerre et la Côte dIvoire), il continue dy vivre seul au Tchad, tout simplement. Je suis rentrée en France pour raisons de santé et y vivre est devenu pour moi une évidence alors que lui ne peut même pas lenvisager.   

                                              fred, le gardien de sa maman    

                                              Mon fils Fred et moi, le gardien de sa maman 

S.M. Désormais tu habites une bien jolie région de France les Hautes Alpes pourtant tu es née à Marseille,  pourquoi ce changement ? Peux-tu nous décrire ces deux belles régions ?

M. Jadore la Provence. Je suis effectivement née à Marseille, jy ai vécu jusquà mon mariage. Jai dailleurs écrit un long poème en hommage à cette ville. Elle reste MA ville, ma maison, quand jarrive sur le Vieux Port je suis chez moi. Cela dit, après avoir vécu quelques temps en Région Parisienne, je suis venue minstaller dans les Alpes de Hautes Provence, à la campagne, au milieu de la lavande et des oliviers. Pour qui connaît la région, on peut aisément comprendre mon attachement, tout y est beau: ce nest pas tant une question de paysages dailleurs, mais il y a une lumière incomparable, le moindre brin dherbe est lumineux, alors tu peux comprendre ce quil en est du reste. Quant au mois de juillet, juste avant la récolte, tu vois sur le Plateau de Valensole le bleu de la lavande rejoignant celui du ciel, tu nas quun regret, nêtre pas Cézanne ou Van Gogh. Jai déménagé depuis peu vers les Hautes-Alpes où je pense,il fait moins chaud. Mais je nai pas encore eu la possibilité de men rendre compte, je vis à la lisière de la Drôme Provençale J.

                   mimi
                   Moi et mon fils Fred

S.M. Tu es une maman et une grand mère heureuse. Combien d'enfants as-tu et combien de petits-enfants ?

M. Ah! Mes enfants et petits-enfants… Jai un fils de 39 ans Fred, qui vit en Région Parisienne, il est flic et il est le papa dOlivia que son ex-épouse et lui ont adoptée alors quelle avait 2 mois. Elle a maintenant 9 ans. Fred est remarié avec Dominique qui a un grand fils de 19 ans. Ma fille Céline est infirmière, elle vit à quelques Kms de chez moi, elle a 2 enfants, Antoine qui a 10 ans et Mathilde 9 ans. Leur  papa est décédé. Céline vit avec Martial.

                                           céline ou ma bientôt ministre

                                            Céline, ma fille 

S.M. Quels sont tes relations avec tes enfants et tes petits-enfants ?

M. Ils sont mes grandes joies. Bien sûr je vois beaucoup plus Céline et ses enfants, dautant quen plus de continuer dexercer sa profession elle a repris des études à Sciences-Po et va donc suivre les cours 2 fois/semaine à Aix en Provence, ce qui nest pas rien mais elle adore: elle a présenté le concours dentrée comme çà, sans trop y croire et pour passer directement en 2ème année en plus, en se disant quil serait toujours temps de faire une première année puis elle a réussi. Donc je moccupe beaucoup des enfants dautant que Martial son compagnon, est médecin, et à la campagne on ne compte pas ses heures, dautant quen plus il est pompier… Quant à Fred, on se voit peu cest vrai, il exerce un métier très dur et prenant, mais on a cet attachement mère/fils que rien ne peut détruire. Cest mon petit garçon, il me confie tout, il pleure dans mes bras, il est enthousiaste avec moi … nous sommes totalement complices, rien nest tabou. Avec Céline aussi bien sûr, nous avons aussi des relations femme/femme, mais Fred, cest mon 1er enfant, celui qui ma fait connaître la joie dêtre mère.

Et mes petits bouts, il figurent en bonne place sur mon blog moi qui ne suis pas photo de famille du tout! Ils sont très complices. On essaie de partager du temps pour les vacances, on fait de grandes réunions familiales que ce soit chez lun de nous ou ailleurs, et ils peuvent se retrouver. Ils peuvent rester longtemps sans se voir, aussitôt réunis, cest la fusion totale.. Ils ont à peu prés le même âge tous les 3, ils se confient leurs petits et grands secrets! Ainsi quand Olivia a été persécutée, le mot nest pas trop fort, par une camarade à lécole à cause de la couleur de sa peau, cest à ses cousins quelle la dit qui se sont bien sûr empressés de nous le signaler eux à qui on apprend tous les jours ce quest la tolérance, le respect dautrui…Jaime ces enfants. Quand Olivia a été adoptée, elle la été par ses parents mais aussi par toute une famille. Tous, nous nous sommes penchés sur elle et lui avons donné tout notre amour. De même, quand Antoine et Mathilde ont perdu leur papa, ils ont trouvé des bras tendus vers eux à tous les instants. Cest un amour inconditionnel et indestructible que nous éprouvons les uns pour les autres.

                                                  antoine

                                                   Antoine, mon petit-fils

.

S.M. Tes petits-enfants ont aussi crée leur blog, internet fait donc partie de leurs passions, en ont-ils d'autres ?

.

M. Oui, alors Antoine et Mathilde ont un blog, mais très peu actif, ils adorent lire et étudier. Chez eux il ny a pas la télé: cest le bonheur quand on vient chez mamie;-). Par contre ils se débrouillent très bien avec internet. Olivia ny comprend goutte, cest une joueuse, « elle ne pense quà samuser« , comme dirait son père. Mais tous les 3 pratiquent sport,danse, musique… Ils nont pas beaucoup de temps pour sennuyer.

                                    Olivia au sénégal avec papa
                                    Olivia au Sénégal avec papa

.

S.M. L'amitié est-elle une valeur importante pour toi ?

.

M. Lamitié est vitale dans ma vie. Jai des amis fidèles depuis toujours (très peu mais solides!) Et puis il y a les amitiés qui naissent au fil des rencontres, on fait un bout de chemin ensemble puis le temps, les occupations, diverses choses nous séparent parfois mais çà nenlève rien à la qualité de ce que nous avons partagé. Chacun apporte quelque chose, stimule par ses différences, on senrichit de lautre. Puis un jour, on se rend compte que lhistoire est finie. Cest un peu comme lamour en fait: il y en a déternels et dautres qui se consument puis qui sen vont. Il ne faut pas regretter je crois, rien nest jamais perdu, tout est source de richesse.
.
         mathilde petit clown
           Mathilde
.

S.M. Comment est née ta passion pour la poésie et que représente t'elle pour toi ? Une connaissance de la langue française est nécessaire, est-ce un problème pour toi, dois tu régulièrement te servir de ton dictionnaire ?

.

M.  La poésie nest pas devenue une passion, elle est. Depuis toujours jécris et principalement des poèmes. Je ne me souviens pas navoir pas eu un crayon dans les mains. Cest une chose qui fait partie de moi, qui est née le même jour que moi. Donc je ne me suis jamais posé la question de savoir quand ni pourquoi. La connaissance de la langue oui, un bon vocabulaire cest mieux, mais de là à prendre un dico, non! Jexplique çà dans mon Profil Existe. Jécris simplement, avec mes mots de tous les jours, comme çà vient. Quelle horreur sil me fallait être là avec tout un attirail autour de moi… non, je me mets là et jécris, au clavier depuis peu dailleurs. Cela dit, j'ai une formation en Lettres c'est évident, je n'allais pas faire des maths...Quoi que !

.

S.M. T'arrives-t'il d'avoir de l'admiration pour certains artistes tels que peintres, photographes ou autres...?  
.
M. Alors là, de ladmiration oui cest sûr! Les personnes qui peuvent capter un instant, une lumière, saisir ce qui est beau dans un ensemble dévènements anodins à mes yeux, oui! Dailleurs ce sont ces Artistes-là que je visite le plus sur la blogosphère. Jaime les peintres flamands. Bruegel lancien: ces petites scènes dans la scène, ce souci du détail… jai donné mon plus beau livre dArt à un ami qui aimait Bruegel avec qui jen parlais. Je lui ai donné parce quil est Peintre et que je suis incapable de peindre. Javais le sentiment que lui méritait vraiment ce livre. J'aime l'opéra aussi puisqu'on est dans l'Art. Petite, je me charbonnais les yeux, je me tirais les cheveux en arrière, m'enroulais dans un tissu quelconque, je me plantais devant un miroir et je massacrais les plus beaux airs que mon parrain m'emmenait entendre à  l'Opéra de Marseille. Je me prenais pour la Callas à qui je vouais une admiration immense.
.
montagne d'Oule le matin de chez moi

Montagne d'Oule, le matin de chez moi. 

.

S.M. Comment  t'es venue l'idée de créer ton blog http://bloga4mains.skynetblogs.be

.

M La création de mon blog est récente: décembre 06. Jai Sandrine pour amie (lelfe) qui a plusieurs blogs. Nous étions de plus voisines avant mon déménagement récent. Elle ma donné envie de my mettre. Mais je ne connaissais rien en informatique, je lui ai demandé de le faire avec moi, doù les 4 mains. Au départ, on créait un blog « humour »: nous nen manquons ni lune ni lautre. Puis elle ma demandé dy mettre quelques textes: lidée de ce support ma plue. Cest ainsi que jai commencé à écrire dans le blog, directement. Sandrine navait plus assez de temps à y consacrer à ce moment-là, jai continué seule et ny ai plus mis que des textes que je créais spécialement, sur des faits de société, divers sujets qui tous me tiennent à cœur mais qui, et çà je tiens beaucoup à le dire, ne correspondent pas à ma vie personnelle. Voilà donc, ce blog est devenu un support.
 
S.M. Ta vie a t'elle changé depuis la création de ce blog, en retires-tu la satisfaction que tu attendais ? 
.
M Il est évident que ma vie a changé: dabord jai moins de temps pour le reste J! non je ris là! Jai évidemment fait des rencontres, nombreuses et variées. Cest fou tous les talents qui sexpriment par ce biais. Il y a la liberté aussi: il me semble que naissent beaucoup de confidences, peut-être parce que les personnes ne se connaissent pas vraiment, je ne sais pas mais je suis parfois surprise de la facilité avec laquelle on se raconte sur un blog. Personnellement, je « discute » beaucoup sur mes coms, je ne fais pas de passages éclairs: je commente le sujet, je donne un conseil, je raconte une anecdote… bref   ! Je com mu ni que!!! Cest pour çà que je suis un peu fâchée quand je vois que manifestement la personne na pas lu et mis un petit mot pour obtenir un com en échange. Quon ne comprenne pas ce que jai écrit, çà arrive, le com est à côté de la plaque et ce nest pas grave. Jaimerais dailleurs quon me le dise quand cest le cas. Mais les passages « viens me voir » çà magace!

S.M. Que penses-tu de l'amitié virtuelle, en d'autres mots, une amitié virtuelle peut-elle devenir une amitié réelle ?
.
M Je crois que tout peut devenir amitié. Et là en loccurrence, à force de passer voir ce que font les autres, sintéresser à eux, oui çà peut créer des liens qui peuvent devenir amicaux comme inversement dailleurs ils peuvent décevoir, mais cest pareil pour tout. Quand on côtoie quelquun au travail, on croit le connaître, mais le rencontrer en dehors est autre chose: le côté représentation de la fonction disparaît. Idem pour un blog me semble-t-il! 
.
                                    teddy
                                    Mon chien Teddy
.
S.M. As-tu déjà rencontré  d'autres "blogeurs" IN LIFE ? Et comment cela s'est-il passé ? 
.
M. Jai rencontré lElfe forcément. Jai aussi rencontré Lyly (yangly) qui est une amie de Sandrine. Elles se voient beaucoup. Elle est très sympa. Comme on communiquait par MSN, je la connaissais un peu aussi de cette façon et je nai pas été déçue du tout, au contraire! Mais mon blog est très récent. Je crois quil faut du temps pour vraiment avoir une vue juste des personnes.
Je préfère préciser que je ne communique plus par MSN maintenant, ça me bouffait tout mon temps et de plus mes petits-enfants ont mis tant de gadgets que je ne comprends plus moi-même quand j'écris.
.
S.M. As-tu d'autres centre d'intérêts ? 
.
M.  Jai eu loccasion et lenvie de faire beaucoup de choses, surtout en Afrique dans lHumanitaire essentiellement. Au Cameroun je travaillais: jétais Attachée de Direction dans la société qui emploie mon mari (il est ingénieur dans une multinationale Française). Mais joccupais un poste que je jugeais être dû à une femme Camerounaise aussi capable que moi et ayant besoin de ce poste financièrement. Jai donc fait ce quon appelle l « école sous larbre ». Il sagitdalphabétisation pour adultes.Au Tchad, lhôpital de Ndjaména était détruit par la guerre. Le Consul et les médecins (des coopérants mais aussi MDM, MSF, Croix Rouge) mont demandé de le redémarrer sur le plan administratif mais aussi rétablir les contacts avec les labos Européens fournisseurs et surtout pour obtenir les accords locaux Ministériels pour entreprendre les diverses autorisations de faire. Jai adoré ce travail, car cen était un: au départ je navais quun bureau vide, même pas un crayon et ce nest pas une image! Ensuite en France, j'ai fait diverses choses, créé ou participé à des Associations culturelles puis il y a eu les Restos du Coeur où je suis toujours au niveau Départemental. Je préfère de loin la distribution, le contact, mais je vais là où je peux être le plus utile et compétente pour le bien de la cause  que je sers.
.
S.M. Une dernière petite question : Un robinet fuite chez toi..que fais tu ?.
.

M.  Jappelle mon voisin :-D. Il faut croire en la bonté des autres! (rires)    

http://bloga4mains.skynetblogs.be            
                                  

02/11/2007

FRANCINE FOURNEAU Artiste

"Il me faut au moins 40 à 50 heures de travail par oeuf, mais c'est une vraie passion !"

                             Francine Fourneau

S.M. Bonjour Françine, vous êtes une femme aux talents exceptionnels, voulez-vous m’expliquer quelle femme-artiste se cache derrière d’aussi belles créations ? 

F. Bonjour, je m’appelle Françine Fourneau, j’ai 58 ans et j’ai débuté en peinture alors que je n’étais encore qu’une adolescente.  

S.M. Comment avez-vous appris à créer, à peindre, avez-vous suivi des cours ou des formations  ?

F. A vrai dire, le milieu dans lequel je vivais permettait difficilement à une fille de  fréquenter les académies. Qu’à cela ne tienne : j’ai donc appris seule, m’inspirant des toiles, des illustrations, des photos, des paysages qui me plaisaient. 
                                                crbst_cariboost_alouettes0

 
S.M. Vous n’avez donc plus fait que cela, puisque c’est  votre passion ? 
 
F. Malheureusement non, car quelques années plus tard, les aléas de la vie m’ont amené à abandonner mon art. 

S.M. Avez-vous depuis ce moment-là décidé d’arrêter définitivement vos créations ? 

F. Non pas du tout, pour ma part, ce n’était que partie remise, mais il faudra attendre un concours de circonstances tout à fait fortuit pour que j’y revienne : des œufs de Pâques à décorer, des tubes de peinture et des pinceaux sous la main…

S.M. Vous avez donc décidé de reprendre vos créations, je suppose qu’une passion prend vite le dessus ?   

F. Exactement, la passion était de nouveau plus forte et les premières décorations toutes simples firent très vite place à des travaux bien plus élaborés : paysages, oiseaux, animaux succédèrent logiquement au simple divertissement occasionnel.  

S.M. Parvenez-vous à trouver facilement le matériel dont vous avez besoin ?

F. Ce n’est effectivement pas toujours facile car le matériel disponible montra très vite ses limites et la chasse aux pinceaux de plus en plus fins et à la loupe la plus pratique commença. Elle n’est d’ailleurs pas terminée : tous les peintres sont perpétuellement à la recherche de la qualité de peinture, du pinceau…qui permettra la réalisation de l’œuvre telle qu’ils la conçoivent. 
                                             cariboost_Moulin_20_2B_20Barquette

S.M. Comment trouver-vous toute cette inspiration, voulez-vous nous l’expliquer ? 

F. Bien sûr, avec plaisir, en fait tout cela part de la rencontre avec un nouveau support, plus difficile à maîtriser par sa forme même, qu’une toile bien plane. Reproduire sur une surface courbe un sujet tout en gardant ses proportions, son allure, sa beauté relève à chaque fois du tour de force.  
.
S.M. Quand je regarde vos créations de près, je suis épatée de voir cette finesse, ces détails…un travail irreprochable selon moi ! 
.
 F.  Oui c’est exact, merci..de plus les agrandissements photographiques montrent que l’on est bien en présence de véritables œuvres d’art : pas un détail ne manque. 

S.M. Tout un travail en somme et qu’avez-vous besoin comme matériaux de base ? 

F. Les œufs d’oies constituent le matériau de base : vidés, séchés, poncés, ils permettent une grande variété de sujets. Même la forme de l’œuf (allongé, trapu, symétrique, petit, grand…) impose un choix parfois bien ardu. Toutefois, quelle que soit la forme, leur taille (plus ou moins 8,5 cm de hauteur) exige l’emploi d’une bonne loupe et de pinceaux ultra-fins pour permettre de faire apparaître des détails visibles seulement à l’agrandissement. Certains d’entre eux exigent plusieurs couches de peinture acrylique sur chaque détail pour arriver au résultat voulu par l’artiste.  

S.M. Vous devez passer beaucoup de temps dans votre atelier ?

F. Oui car quel que soit le sujet, il faut au moins 40 à 50 heures de travail par œuf. 

S.M. Woaw !! Cela fait éffectivement beaucoup d'heures...mais quel travail...!!  Avez-vous encore d'autres chose à nous apprendre ?

F. Je voudrais dire qu’un autre chapitre débuta avec la « découverte » des cristaux Swarovski. Ils ajoutent une brillance étonnante à certains motifs, leur donnant un air de parenté avec les œufs d’un célèbre orfèvre.  
 
                                         crbst_amandine0
 
S.M. Cela doit représenter un travail délicat, il s’agit quand même d’oeufs ?
.
F. A priori, on pourrait craindre une grande fragilité de tels objets. Pourtant, contrairement à toute attente, un œuf d’oie vidé se révèle plus solide que prévu : il a pratiquement la résistance d’une tasse en porcelaine. 
 
S.M. Utilisez-vous d’autres sortes d'œufs ? 
.
F. Depuis peu, les œufs de nandou (voisin de l’autruche) se sont invités : leur plus grande taille amène d’autres  possibilités de sujets. Revers de la médaille : une plus grande surface disponible suppose encore plus d’heures aux pinceaux 
 
Le travail de Françine est visible sur le site : www.francinefourneau.be  
.
Actuellement le 1-2-3 et 4 novembre 2007 Françine Fourneau et bien d'autres artistes vous attendent à
.
l'Espace Sport
Rue de la Romsée 18 
1320 Fléron 
.
Jeudi de 11 h à 20 h
Vendredi de 14 h à 21 h
Samedi de 13 h - 20 h
Dimanche  de 11 h à 18 h 

28/10/2007

FREDDY LE MONTOIS

Les enfants ont toujours été mon "Cheval de bataille", la pédophilie et les enfants malades dans le monde sont mes soucis majeurs !

                                                      freddy

                                                           C'est moi Freddy !

S.M. Bonjour Freddy, merci d'avoir accepté un interview, je suis heureuse de t'avoir devant moi aujourd'hui car tu es un homme riche d'aventures de par ton métier et je sais aussi que tu trépignes d'impatience  de me raconter la grande aventure qu'est ta vie, mais  je vais commencer par te demander, qui es-tu Freddy ?
.
F. "Je suis àgé de 64 ans et durant mon célibat j'ai toujours été chauffeur routier, j'etais spécialiste 'long courrier', j'ai parcouru des tas de pays tels que les pays de l'Est, la Russie l'Europe, l'Asie, le Moyen-Orient, l'Iran, l'Irak, l'Arabie Saoudite, et bien d'autres pays.  Mon métier était ma passion et si j'ai choisi ce métier c'est parce que je suis un solitaire !"
.
olivier jason
Mon fils Olivier (30 ans) et mon petit-fils Jason (1 an 1/2) 
.
S.M. Si je comprends bien c'est un métier que tu as pratiqué toute ta vie ?
.
F. "Non pas du tout.. quand j'ai rencontré, Paulette, laquelle est devenue mon épouse, j'ai arrêté ces longs voyages, j'ai commencé par partir moins souvent et moins loin ..de plus par la suite, nous voulions des enfants."
.
S.M. Si ce rêve est devenu réalité, tu as probablement une vie de famille bien remplie désormais ?
.
F. "Ca oui, c'est le moins que l'on puisse dire car j'ai deux enfants, une fille et un garçon lesquels m'ont  même  donné trois petits-enfants."
.
S.M. Mais alors Freddy tu es un homme comblé, ils doivent être ta fierté ! Car je suppose qu'ils te donnent beaucoup de bonheur et de satisfaction ?
.
F. "Oh oui ça je vais même te donner un exemple..en 1964, j'ai décidé de faire un bilan de santé complet, pour lequel je devais être hospitalisé pendant 4 jours Finalement, j'ai été hospitalisé 4 mois. Car j'avais attrapé le microbe des hôpitaux, le "staphylocoque doré". Ce microbe s'est installé d'abord entre les vertèbres et il a endommagé les nerfs et les vaisseaux enroulés autour de la colonne. Ensuite il est parti dans le sang, ce qui s'appelle la septicémie,  avec toutes les conséquences que cela amène c.à.d. des comas, des embolies pulmonaires et deux défibrillations. J'ai eu vraiment beaucoup de chance de survivre à cette maladie, depuis lors, je vis aussi au jour le jour, je ne fais plus jamais de projets.
Et là, vois-tu  j'ai  eu la chance d'avoir toute ma famille auprès de moi, ma femme, mon fils Olivier (30 ans) et ma fille Véronique (32 ans) cette dernière était âgée de 12 ans à l'époque de ma maladie.
Quel bonheur d'avoir un  aussi gentille famille."
                                                          Veronique
                                                                                   Ma fille Véronique (32 ans) 
.
S.M. Ta fille t'a t'elle beaucoup soutenue, même si elle n'avait que 12 ans ?
.
F. "Oui, elle s'est comportée comme une vraie petite infirmière dès ma sortie de l'hôpital."
.
S.M. As-tu encore des séquelles suite à cette terrible maladie ?
.
F. "Non grâce à ma grande volonté, car en fait, le médecins m'avaient condamnés à la chaise roulante à vie. Ce que je n'ai mentalement pas accepté, je me suis battu à fond pour vaincre et pour remarcher plus ou moins normalement avec l'aide de bequilles. Je suis fier de dire que j'y suis parvenu, "
                                                                      Prisci
                                                                     Ma petite- fille Priscilla (14 ans), fille de ma fille
.
S.M. Tu as toujours été un homme actif, ce manque de mobilité a dû changer un peu ta vie ?
.
F. "Oui quand même car c'est de cette manière que j'ai découvert Internet, et pour me rendre utile j'ai aussi crée quelques blogs sur des sujets qui me tiennent à coeur. De plus je suis un solitaire de par ma profession ou l'inverse, c'est comme tu veux l'entendre !" (rires)
.
S.M. Le fait de surfer sur Internet  cela a t'il changé ta vie  ?
.
F. "Oui, absolument, ça change une vie car je n'avais pas d'amis, maintenant j'ai une multitude d'amis dans le monde entier . Même si ces amitiés sont virtuelles, pour moi elles sont bien réelles et me font du bien."
.
S.M. J'ai lu sur l'un de tes blogs que tu t'occupes de défendre les enfants ?
.
F. "Les enfants ont toujours été mon "cheval de bataille", je leur ai même dédié l'un de mes blogs http://lesenfants.skynetblogs.be , la pédophilie est mon souci majeur sans oublier les enfants malades dans le monde. Ce sont des si petits êtres  sans défense, c'est la raison pour laquelle je me sens obligé de les défendre et aussi les prévenir des risques encourus, même sur le net, il doivent être très prudents et les parents vigilants à ce sujet "  
                                                                    kelly
                                               Ma petite-fille Kelly 4 ans, fille de mon fils Olivier
.
S.M. De quelle région es-tu en Belgique Freddy  ?
.
F. "Je réside dans la ville de Mons, je vous en parle d'ailleurs dans un autre blog que j'ai crée  par lequel je vous fait découvrir la bonne ville de Mons sous toutes ses facettes ! "
.
S.M. Au total tu as crée cinq blogs, pourquoi avoir crée les deux derniers blogs ?
.
F. "Le troisième parceque les blagues sont également mon dada mais depuis la maladie de ma petite-fille je les ai supprimés, plus le coeur à rire, le quatrième parle d'amitié http://amities.skynetblogs.be et enfin le cinquième,  lequel était mon petit dernier,  a été créé pour vous faire découvrir ma passion de jeunesse, la Montagne .
Je la connais bien et je vous y faisais découvrir des randonnées et des  lieux mystiques de la haute Montagne" 
.
S.M. Freddy, je sais que tu as déjà participé à des rencontres de Skynet blogeurs, en gardes-tu un bon souvenir ?
.
F.   Oui, elles doivent continuer car c'est l'occasion de rencontrer les gens en réel et en plus de pouvoir discuter de sujets variés, en quelques mots c'est aussi parfois pouvoir continuer en réel notre discussion virtuelle.
.
S.M. Quel effet cela fait-il de rencontrer les gens avec lesquels les contacts commencent virtuellement ?
.
F. C'est amusant, de plus cela me permet de mettre un visage sur un nom de blog, bien que actuellement 90 % des gens mettent leur photo sur leur blog, ça donne déjà une idée de la personne qui se cache derrière l'écran. Moi aussi j'ai mis ma photo sur mon blog, je n'aime pas me cacher, je suis d'un caracatère franc, cela fait partie de mes qualités, pourtant je n'en ai pas beaucoup (rires)" 
Freddy vous souhaite également une dyn004_original_211_93_gif_2615919_f225dea4a5bc47469350a500020faed6

12/10/2007

AFRIQUE MON SECOND PAYS

"J'ai deux noms, deux familles, deux pays...en Afrique ce sont des couleurs et des sourires..."

         CIMG6931

         C'est moi...tout simplement !

.

S.M. Bonjour Jean-Jacques ou dois-je dire Sandou ?  Je vais te laisser te présenter à ta guise…sans te poser de questions !

 

J.J. "Effectivement il m'est difficile de me présenter! Car j'ai déjà deux noms, deux familles, deux pays, ou mieux, deux continents. Jean-Jacques et Sandou; Claes en europe et Diedhiou en Afrique."

 

S.M. Sait-ont vraiment qui on est et ce que l'ont veut ?

 

J.J. "Je sais en tout cas ce que je ne veux plus. Un bon début dans la vie me direz-vous. Je m'en vais donc vous expliquer ce que je ne veux plus, et qui est la raison de ma vie en afrique."

 

S.M. Alors, commence par nous décrire en quelques mots ce qu’est l’Afrique et ce qu’elle représente à tes  yeux car qui d’autre que toi pourrait mieux le faire !

        dyn001_original_500_375_pjpeg_2563033_18dd5d7f7c995320c1076e1a90642af7[1]

       Photo des arbres

  

J.J. "L'Afrique...est un continent magique.

Là où la pauvreté est égale à la quantité de soleil qui y règne.

Là où la quantité de soleil est égale à la joie de vivre.

Là où la joie de vivre fait qu'on oublie souvent de se plaindre.

Là où la danse fait oublier qu'on à faim.

Là où peu de monde meurt de faim, car le peu qu'on possède, même si il est insuffisant sert encore à nourrir les autres.

Là ou humanité veut encore dire quelque chose."

dyn001_original_641_479_pjpeg_2563033_51fe8ea38dc713c2356c21c6a2a0c638[1]

photo des enfants 

 

S.M. Peut-on déjà se rendre compte de la vie en Afrique après quelques jours de vacances, car elle est quand même bien différente de chez nous  ?

 

J.J. "L’Afrique est un continent, où si l'on y vit un certain temps -pas pour un mois de vacances - fait redécouvrir certaines valeurs humaines. On se rend compte d'une certaine fragilité de la vie en Europe.

Les choses qui semblaient importantes ne le sont plus, ou beaucoup moins.

Là bas, le temps ne compte plus, ce temps après lequel tout le monde court. Ce temps que l'on n’a plus. Drôle d'idée, vous ne l'avez plus ? Pourquoi ? Vous l'avez perdu ? Où ça ? Au coin de la rue du stress et de la rue Macdo ? Peut-être sur le boulevard de la trépidation ?"

dyn003_original_640_480_pjpeg_2563033_6d155d176939ea37b86272c9fdc25906[1]

Photo de circoncis en brousse  

.

S.M. Et toi qui est Européen, comment vis tu face à ces changements de mentalités ?

 

J.J. "Personnellement, je ne peux plus admettre que l'on puisse perdre quelque chose qui n'est qu'un concept. Le temps ne se possède pas, il se prend et en Afrique, souvent, il s'oublie.

Il s'oublie car l'importance des choses n'est pas dans le même ordre. Un endroit où je peux sans problème remettre au surlendemain ce que j'aurais du faire l'avant veille. Je peux mettre deux heures pour aller chercher un pain en face de chez moi - qui à dit que je marchais lentement ? Mauvaise langue…."

          jour 6 (5).jpgcomp

          Boutique en face de chez moi 

.

S.M. Si j'ai bien compris ..on n’y vit pas avec ce perpétuel stress d'être en retard  comme c’est le cas ici chez nous ?

 

J.J. "Exact !!! Je ne pars plus jamais le matin en me disant j'ai ça et ça et ça à faire...absolument. Non, je me dirai que je vais en faire un maximum et le reste sera pour demain, Inch Allah - si dieu le veut ou mieux encore, si l'homme le veut.."

.

S.M. J’ai désormais l’impression, grâce à toi,  de mieux connaître ce pays qui est fait de joies naturelles,  rien qu’à voir tes photos  je me rends compte qu’elle est très belle cette Afrique telle qu’elle est aujourd’hui….ou telle qu'elle l'a toujours été ...

.

J.J. "Cette Afrique, c'est aussi celle des odeurs, des couleurs, des sourires. Rien n'est interdit. Pour les odeurs des encens, il faudra passer là bas. Pour les couleurs, passez sur mon blog http://casamance.skynetblogs.be où regardez n'importe quelle photo d'Afrique. Ce sont ces sourires et ces couleurs qui m'inspirent pour peindre ou écrire..."

                                            dyn002_original_300_448_pjpeg_2563033_aaf24003886000483b91a2115b26cc2c[1]

                                            Photo de la peinture ombre 

 

S.M. Tu  reflétes ce pays au travers de tes écrits sur ton blog mais aussi au travers de tes dons artistiques, de tes photos . Dis moi une courte phrase pour décrire ton second pays..

 

J.J.                                     

« Sous la chaleur naissante du soleil,

pointent au loin quelque formes qui bougent.

Lancinant cortège d'ombres qui dansent,

soulevant la poussière de la piste rouge.

Ces femmes se meuvent en silence,

dans la chaude palette des vermeils »

dyn002_original_638_468_pjpeg_2563033_f4c4ff791c1c81aaf61a01e910fe5220[1]

Photo de la piscine 

.

S.M. Que devons-nous faire si nous voulons découvrir ce pays, est-ce à la portée de chacun d’entre nous de s'y rendre, car personnellement moi je suis tentée ?

.

J.J. "Si l'envie vous dit de venir un jour en vacance au Sénégal, c'est tout à fait possible. Pour les renseignements, un site  www.lesjardinsdekassou.com . Vous ne le regretterez pas ! Les gens là-bas vous accueilleront à bras ouverts et avec de grands sourires..On vous y attend nombreux…De mon côté j’ai été ravi de pouvoir, grâce à Seniormania, vous parler de ce pays qui me tient tant à cœur…"

 

http://casamance.skynetblogs.be

.

Jean-Jacques (Sandou)  lors de son passage en Belgique à l'occasion d'une rencontre entre Skynet Blogeurs à Oteppe au mois d'août 2007.

CIMG6930
En présence de François http://coeurdenfant.skynetblogs.be  et de sa soeur Dou http://erotica-blues.skynetblogs.be

CIMG6800

http://casamance.skynetblogs.be

28/09/2007

DANIELLE BELLEFROID

"Il y à deux artistes en moi..J'ai un besoin de "coucher" sur la toile, mes émotions et mes réflexions ! J'aimais aussi être sur scène.... "

                             DANIEL~1

S.M. Tout d'abord Danielle,  je vous avoue que  j'ai une profonde admiration pour vos magnifiques oeuvres, et la première question qui me tente c'est ...mais qui êtes vous donc ?

D. "Je suis née à Liège il y a près de 60 ans ( chuuut... ) mais je les assumes sans problèmes . Tant que ma vie sera remplie de projets , de découvertes , d' émerveillements d' amour et d'esprit combatif je crois que j' aurai toujours 20 ans ... ( de coeur) bien sûr :-)  Il ne faut renier ni son âge ni ses rides , car il faut se dire , que tout le monde n'a pas la "chance" de vieillir . "

S.M. Comment a débuté votre passion pour la peinture ?

D: "Je ne vous dirais pas que je suis née avec un pinceau en main , mais du plus loin que je me souvienne j'ai toujours aimé dessiner , en particulier les portraits . J'ai encore dans mes fardes un dessin fait à l' âge de 12 ans . Heureusement j'ai fait des progrès depuis , mais il n'était pas trop mal réussi pour l' époque :-)"

      nous deux à Chypre
      Mon mari Philippe et moi

S.M. Je suppose que la peinture vous prend pas mal de temps ?

D: "A mon grand bonheur je dois avouer que oui . En fait c'est un besoin pour moi de coucher sur la toile mes émotions , mes réflexions et puis ne dit-on pas .... quand on aime on compte pas ? Il m' arrive même d' oublier de manger ( ... à midi ) pour pouvoir me " vautrer" dans  ma peinture . Mais je me rattrape le soir ... rassurez vous :-) "

S.M. Parvenez-vous à bien gérer cela avec votre vie de couple et votre vie professionnelle ?

D : "Je peignais déjà depuis pas mal de temps quand j'ai rencontré mon mari , donc je n' ai pas triché sur la marchandise :-) et il savait à quoi s' attendre , le pauvre .  Nous venons de fêter nos 34 ans de mariage , donc , pas de soucis de  ce côté là . Quand à mon métier , pas de soucis non plus , car étant coiffeuse visagiste indépendante j'avais la possibilité de pouvoir gérer mon travail ."

                               Stéphane ( Italie)
                               Notre fils Stéphane     

S.M. Une question qui me tient à cœur : Comment trouvez-vous l'inspiration pour créer vos œuvres ?

D:  "J'ai vécu  ma jeunesse en Afrique , avec mes parents et ma soeur aînée. Cela m'a certainement influencée quant au choix de mes portraits dit " typé ". L' actualité m' inspire aussi énormément . Montrer les "Hommes" d' aujourd'hui avec leurs émotions , leurs douleurs , leurs joies et parfois pointer du doigt certains sujets "dérangeants ", quitte à parfois , déplaire peut être . Mais n'est-ce pas là le privilège des artistes d' avoir une totale liberté  d' expression ?"
.
S.M. Pourquoi avoir crée votre site www.daniellebellefroid.be ? Est-ce pour vous une manière de partager cette passion avec d'autres personnes ou peignez-vous uniquement pour votre plaisir ?

D: "Je peins avant tout pour mon propre plaisir "égoïstement" , mais c'est un plaisir aussi , bien sûr , de partager les émotions que je ressens avec d' autres. J'expose très régulièrement en Belgique et parfois à l' étranger , mais un site  internet est par définition mondial , d'où l'avantage de pouvoir communiquer  et montrer mon travail à un plus large public ."

S.M. Ce site vous a-t-il permis de rencontrer des gens partageant cette même passion ?

D:  "Bien sur , j'ai cette chance de pouvoir dialoguer avec d'autres artistes passionnés et de pouvoir admirer leurs oeuvres ( sculpture , aquarelle , peinture , photo...) et croyez moi , c'est très enrichissant de découvrir leurs techniques, on apprend beaucoup de choses ."

                           Olivier

                          Notre fils Olivier

S.M. En plus de la peinture vous  avez  une autre passion,  la musique, il y a d'ailleurs deux jolies chansons sur votre site. Il s'agit de 'Un Homme Heureux' et  'Ricuerdo Brasilia'. De cette dernière  vous avez  fait la musique et les paroles, d'où vient votre goût pour la musique ?

D. De mon enfance , car à la maison  mes parents écoutaient avec le même bonheur ; la variété ou le classique et mon père ( excellent cinéaste amateur ) sonorisait ses films avec des musiques de : Vivaldi , Rimski Korsakov , Gershwin , Saint-Saëns etc.... et quand nous étions tous les quatre en voiture ( n'ayant pas d'auto radio à cette époque ) nous chantions les airs du moment ainsi que des chants scout appris par maman , car elle était Akéla dans sa jeunesse .

 

S.M. Vous avez des enfants Danielle, voulez vous m'en parler ? Par exemple de votre fils qui est musicien ?

D:  "Mon mari et moi avons une passion commune , la musique . Pendant des années nous avons fait des spectacles en " bon amateur ". Donc pendant leurs jeunesses nos deux fils ont vécu "la bohème" des répétitions, les heures passées a recommencer une phrase musicale , un accord , mais aussi bien sûr la joie d'être sur scène et de connaître l'envers du décor .  Stéphane, notre fils aîné , a fait le conservatoire de Bruxelles et de Mons  en guitare classique . Ensuite au fils des années il à trouvé son propre style un mélange de" World Jazz" et créer son groupe "Öm trio". Quand à Olivier notre fils cadet ( qui est astrophysicien ) il a également été touché  par le virus musical et s'éclate sur son piano dans des concerts de Jazz .

En résumé nous sommes tous les quatre, artistes" , passionnés et un peu fous :-)

site web : www.daniellebellefroid.be

13/09/2007

J'ADORE MON HOMME

   

"Je vis avec mon chagrin, les médecins m'ont certifié que mon fils n'a pas souffert...."

.

S.M. Parle-moi un peu de ta vie Coco, pour faire plus ample connaissance....  

C. "Bonjour tout le monde, je suis née le 20 avril 1952 en Vendée (France). Je suis  la 2ème d’une famille de 4 enfants. L’aîné est décédé à l’âge de 23 ans il avait 10 mois de plus que moi..

Je me suis mariée à l'age de 20 ans avec un homme jaloux alcoolique et violent avec lequel j’ai eu 2 garçons. Il me séquestrait et frappait notre fils aîné.

Sous l’emprise de la peur je suis restée avec lui pendant 25 ans croyant toujours sauver mon couple. Après une tentative d’agression à l’arme blanche de sa part envers moi il fût interné d’office et j’ai pu partir. Mais 5 ans avant mon départ j’ai perdu tragiquement mon fils aîné Cédric, ce qui m’a détruite encore plus.


J’ai rencontré un homme merveilleux avec lequel je me suis remariée il y a 6 ans et je suis très heureuse. Je vis à la campagne dans une grande maison que mon mari a construite lui-même pour moi. Je l'adore, mon homme  ! "

                                                            untitledggg

S.M. D'où t'es venue l'idée de créer ton  blog   ?  . 

C. "Depuis des années j’écrivais mes douleurs et mes peines, très peu de joies dans un livre d’or à moi. Des amis m’ont conseillé de créer un blog pour y écrire ma vie. Et c'est ce que j'ai fait !

Ce blog m'apporte beaucoup d’amitiés de de connaissances virtuelles. Certaines sont devenues de réelles amitiés."

.

S.M. D'où vienton surnom "Cocodolly" ?

.

C. "Je me prénomme Colette..et mon époux actuel m’appelle toujours Coco Malheureusement ce pseudo était  déjà pris, alors  j’ai rajouté « Dolly » je trouvais çà mignon..."

.

  

S.M. Je vois qu'il y a de jolis poëmes d'amour sur ton blog..Coco, mais d'où te vient toute cette inspiration ? 

.

C. "L’inspiration de mes poèmes me vient par les évènements de ma vie, surtout les tristes et d’autres inventées à partir d’une simple photo ou image ou un tableau, des oiseaux etc…"

.

S.M. Ta vie a t'elle changée depuis  la création  de ton blog ? 

.

 C. "Oui... comme je suis en invalidité depuis 9 ans déjà, j'ai un appareillage dans les cervicales,  j’avoue que mes blogs m’apportent beaucoup et occupent mes journées, ils me donnent beaucoup de contacts très intéressants bien que je n’ai pas trop le droit de faire d’ordi.. ordre de la médecine..... ce qui explique mes copiés-collés dans les coms et dont je n’ai pas honte, car si je ne fais pas çà, il me faudrait tout arrêter." 

.

S.M. Ton mari partage t'il ta passion pour ton blog et ton site où tu parles de Cédric ?

.

  C. "Mon mari s’appelle Christian, tout comme "l’autre" (ndlr : son premier mari)  et est du même signe, comme quoi hein !!! …Pensez donc, la vie est drôle quand même. Lui, ne partage pas du tout ma passion, car il ne s’intéresse pas du tout à internet mais par contre il me laisse faire ce que je veux, même parler de lui, cela lui est égal ."(rires)    

                                                            untitledlll
 

 

S.M. Tu as eu un grand chagrin dans ta vie, le décès de ton fils Cédric..veux-tu nous en parler ou est-ce encore difficile pour toi ?

.

C. "Mon Cédric est une grande perte dans ma vie. Il était si doux et si gentil.

Il est décédé la veille de ses 18 ans d’un accident de mobylette dans un choc frontal avec un autre cyclomoteur, lequel était en panne sur la voie publique, ce qui veut donc aussi dire, non éclairé !  

Comme il pleuvait très fort, il faisait un genre de tempête, il faisait déjà noir en cette soirée de février. Il était 19 h 30, il l’a heurté de plein fouet. Suite au choc il a voltigé à 2 mètres de haut et il est retombé sur la voie de dépassement, et comme c’était à une heure de grande circulation sur une route à quatre voies,  deux voitures lui ont roulé dessus. Les médecins m’ont certifié qu’il n’avait pas souffert car il s’est brisé les cervicales dans le choc."

.

 

S.M. J'ai vu que tu as  également crée un site dans lequel tu parles de ton regretté fils Cédric..pourquoi ce site te tient t'il tant à coeur ?

.

C. "Avec le mari diabolique que j’avais à l’époque, il était bien difficile de me remettre de la mort de mon fils Cédric et les psys ne m’apportaient rien du tout. Alors j'ai lutté seule car j'ai, heureusement, une grande force de caractrère. C’est ce qui m’a sauvée je crois, je me disais que c’était ainsi et que je n’avais pas d’autre choix que « d’accepter » cette mort.

Alors, quand j’ai connu l’existence des blogs, je venais de faire ma sieste, sans préparation ni rien, je ne sais pas ce qui s’est passé en moi, mais je suis venue devant mon ordi et deux heures après j’avais crée mon blog...

Ensuite, je me sentais toute légère, j'avais devant moi, sur cet écran, toutes les photos de Cédric, comme s'il était près de moi. "

.

S.M. Ce site est-ce pour toi une manière de communiquer avec Cédric ?

.

C. "Oui.. c’est pour moi très important de pouvoir venir lui parler, lui souhaiter bonne nuit, je le vois il me sourit, c’est loin d’être l’idéal bien sûr, mais c’est pour moi, une thérapie bien plus valable que n’importe quelle consultation de psy. J’ai l’impression qu’il « revit » au travers de mon blog. Sûrement que l’on se moque de moi mais çà m’est égal ."

                                                             untitlednnn

   

S.M. Il te reste un fils dont tu n'es pas peu fière, car grâce à celui-ci, tu es devenue une heureuse grand-mère, quel effet  cela a  t'il fait de devenir grand-mère ?

 C. "Oui, il me reste Raphaël qui vient de me faire grand-mère de mon petit Justyn, que j’adore. Voilà, le but que je recherchais pour continuer à vivre avec de la joie dans le cœur. Mais malgré cet immense bonheur, il restera à jamais dans mon cœur un vide énorme de la perte de mon Cédric et je vis en me disant que certains vivent bien pire encore... je pense à ceux qui ne retrouvent pas leur enfants ou sont assassinés. Et moi aussi je dois vivre avec ma peine, c’est écrit d’avance dans le grand livre de la vie". 

                                                     untitledfgh
                                  
                                      JUSTYN     

http://cocodolly.skynetblogs.be  et   http://cedricangel.skynetblogs.be/                

04/09/2007

J'AI GRANDI AVEC LES PLUS GRANDS ACTEURS

"Ma tante était caissière dans un des plus grands cinémas de Bruxelles !"
                         moi 2002-2005 028

S.M. Bonjour Micheline, tout d'abord merci d'avoir accepté cet interview. Commencons donc par la présentation,  veux-tu parler de toi, de ton age, de tes hobbies en un mot de la personne qui se cache derrière ce superbe bog cinéma ? 

Micheline :  "Bien, puisqu'il le faut, et quoique je n'aime pas trop parler de mon âge, je viens de fêter mes 60 printemps...sur papier. Ce qui ne se remarque pas trop, parce que je suis toujours très active.
Mes hobbies: il y en a pas mal, mais le premier reste le cinéma, dont je suis friande depuis que je suis enfant. Faut-dire, que j'ai été à bonne école, ma tante était caissière dans un des plus grands cinéma de Bruxelles: le Victory, qui avait la particularité de passer plein de westerns, entrecoupés de films drôles, tels ceux de Laurel et Hardy. Pourquoi je vous dis cela? Parce que ma chère tante, à qui je dois finalement beaucoup, me faisait passer sans ticket (chut il y prescription). ET cela arrangeait bien ma maman, qui pendant ce temps là, faisait ses courses rue Neuve. Ensuite, j'adore les promenades dans la nature, le nez au vent, et la fleur au fusil. Parfois mon chien m'accompagne, sauf l'année dernière, où mon petit Juju qui affichait 18 ans au compteur, ne pouvait plus suivre. (oui je parle au passé, il est au paradis des chiens depuis lors)  Entretemps, est arrivé Mango, un adorable Jitzu, et les balades ont repris de plus belle..J'aime aussi chîner aux brocantes, et j'en fais 3/4 par an, car j'aime le contact humain et le monde des brocateurs est très pittoresque. Quand je n'ai vraiment rien à faire et qu'il pleut, ce qui arrive souvent en Belgique, je me rends dans les bibliothèques et je lis...et puis, je dois vous avouer...que je suis friande des Télé-réalités tels Star Ac' et Nouvelle-Star, sans oublier Kho-Lanta " .
moi 2002-2005 011
Il y a écrit CRAZY sur cette vache...ce que je suis "un peu" du cinéma!  
.
S.M.  Comment t'es venue l'idée de créer  ton  blog ciné  ?
.
Micheline :  "Le blog, oh, je n'y pensais pas vraiment. Mais le jour où j'ai remarqué que tous les articles, rencontres et chroniques cinéma, ne pouvaient  être publiées dans la seule page mensuelle dont je dispose, j'ai pris la décision, sans vraiment savoir où je mettais les pieds, de créer un blog entièrement consacré au cinoche. Il aurait été dommage de ne pas faire profiter les cinéphiles de mes interviews, et mes chroniques cinéma. Si au départ, et c'est normal, j'ai tatonné, depuis lors, je pense m'être améliorée, même si après deux mois, ayant été la cible d'insultes, j'ai failli  tout arrêter. 
.
S.M. Pourquoi parles-tu d'insultes, explique-moi ?
.
Micheline : Bonne question. Vous n'êtes pas sans savoir que certains blogs sur Skynetblogs traitent du même sujet, et quand on commence, on a tendance à aller voir ailleurs comment cela se passe. J'ai eu le malheur de calquer un peu sur les autres, en ce qui concerne la présentation, et j'ai été "vilipendée" sur la place publique. Depuis lors, heureusement, j'ai trouvé mon style, mon rythme de croisière, et mon "Silence on tourne"....tourne à plein régime..à tel point que j'ai remarqué (chut je ne vous dirai pas comment...) que c'est chez moi qu'on vient désormais puiser la matière..normal, je suis dans le métier, donc les nouvelles tombent comme un métronome....Mais moi, contrairement aux autres bloggeurs, plutôt que de ruer dans les brancard, je puise dans ces visiteurs -éclaireurs" l'énergie qui me pousse à bosser encore plus, afin de proposer un blog très fourni et plein de news inédites et parfois (souvent) exclusives) Et puis, vous savez, être lue est pour moi la plus belle des récompenses.  
.
 S.M.  D'où  te  viens  cette  passion pour le cinéma ? 
.
 Micheline :  "Comme je l'ai déjà dit, je suis née pratiquement avec les débuts du bon cinéma d'après guerre. Et souvent, pour un même prix (même si moi je ne payais pas) on avait droit à deux films, les "Grindhouse". J'ai grandi avec John Wayne, Victor Mature, Jeff Chandler, Marilyn Monroe, les Comédies Musicales, les meilleurs trhillers en noir et blanc, et tout ce que Hollywood proposait de bien dans les années 50/60. Depuis, bien sûr mes goûts ont changé, mais pas la passion. " 
.
 S.M.  Ta vie a t'elle changée depuis la création de ton  blog ? 
. 
 Micheline : "Oui, dans une certaine mesure.....Quelques bloggeurs viennent régulièrement me visiter, et le net propose souvent mon site dans les moteurs de recherche. C'est là sans doute qu'il faut voir la raison d'un compteur galopant. Néanmoins, tout en ne perdant pas courage, je pense n'avoir pas assez de visiteurs "réguliers" en d'autres mots, des commentaires. Cela m'attriste un peu, en regard de la somme de travail que me demande ce blog. Pour être au faîte de l'actualité mondiale, puisque tel est le but premier de mon blog, je passe de nombreuses heures par jour à décortiquer mes mails, mes dossiers presse, et mes enregistrements..Dommage, j'aurais préféré quelques dizaines de visiteurs en moins, mais surtout des dizaines de commentaires en plus. Soit. " Cependant, un ami journaliste m'a dit que un blog ciné génère moins de commentaires qu'un site, où l'on peut ajouter un forum. Ah bon! Je ne savais pas.


 
 S.M. Que penses-tu des rencontres de blogeurs..est-ce pour toi l'occasion de rencontrer des gens ou est-ce le fait de passer du virtuel au réel qui te passionne ? 
. 
Micheline :  "C'est une très bonne chose, et cela va encore  créer des liens très intéressants dans le monde, je pense à Coeur d'Enfant et son Canada natal, qui se déplace jusqu'ici...Faut persévérer dans cette voie. ...juste ceci, pourquoi toujours organiser ces grands rassemblements (style scoutisme autour d'un feu de camp) si loin de Bruxelles? Faudrait instaurer une tournante et penser à tous ceux qui n'ont pas de voiture. Néanmoins, depuis que je suis sur Skynetblogs, j'ai déjà fait quelques rencontres intéressantes.   Mais malheureusement, lors de rencontres de bloggeurs, je constate qu'il n'y a que moi avec le cinéma comme thème."
. 
 S.M. Je constate que ton blog est régulièrement mis à jour et l'on y retrouve pratiquement toutes les nouveautés en matière ciné..ce doit être difficile pour toi  de le tenir à jour, vu toutes les sorties chaque semaine ? 
.
 Micheline :  "Oui, j'y consacre 6/7 heures par jour. Mais faut dire que je reçois pas mal de nouvelles des maisons de distributions, de mes contacts aux States et en Angleterre, voir l'Australie....sans oublier les dossiers presse très utiles. Ensuite, il y a aussi les sociétés distributrices de photos presse, qu'il faut télécharger et reconvertir au bon format pour le blog. A propos, faudrait proposer à Julie, l'adorable Julie d'augmenter encore la capacité des photos.... Maintenant, depuis la mise en place du système post à l'avance, les choses sont bien plus faciles. ". Surtout que je passe beaucoup de temps aux visions-presse. Si cela semble agréable aux yeux des cinéphiles, sachez quand même qu'il m'arrive d'ingurgiter 3 films par jour, le premier à 10h du mat' parfois.

S.M. Comment cela se passe t'il  ? Car je suppose que tu y travailles pratiquement jour et nuit ? As-tu vu tous les films dont tu parles sur ton blog ? 
.
Micheline :  "En général, je ne poste que les news dont je sais les sources fiables....sans oublier de les mentionner....Quant aux films chroniqués, oui pour la plupart, je les ai vus. Pour que vous puissez faire le distingo entre les vus et pas vus, c'est simple, quand les chroniques sont très longues et bien documentées en liens et photos, alors j'ai vu. Dans le cas contraire, l'article est plus court. Voilà ". 
.
S.M. Pour conclure j'ai une dernière petite question : je suppose que tu ne regardes plus de films à télé puisque tu as déjà quasi tout vu en avant-première  ?  
Micheline:  "En effèt, à part les télé-réalités, et les résultats sportifs du dimanche soir, je ne regarde quasi aucun film à la télé. Si c'est pour me re-farcir les DeFunés, les Schwarzie, les Rambo et autres films vu et revus (pour les autres pas pour moi) que l'on passe à la télé, je préfère regarder les bandes-annonces de films à venir sur Youtube (pub gratuite)  un casque sur les oreille. ...et alors je rentre dans mon petit monde à moi, peuplé d'images inédites. "

14/08/2007

J'AI L'AGE QUE L'ON ME DONNE

"La première fois que j'ai rencontré Mireille j'étais tout tremblant pour ne pas dire au bord de la syncope !"

                                           Rico et Mimi Olypia 2005
S.M. Quel âge as-tu Ricochet ?
.
R. "Ca commence en force. J'ai l'âge que l'on me donne, celui de mes artères et celui de mes amours...
Le fait de figurer sur ce blog doit bien te donner une petite idée, ma chère Martine. Mais comme j'ai un bon parfumeur, du bon vin, les conseils d'une amie esthéticienne et que je dors beaucoup, j'aide la nature à me montrer tel que je me sens tout en étant autre que je suis. Tu vois, j'aime brouiller les cartes." 
.                                     

S.M. Qui es-tu exactement ?  
.
R. "J'aimerais bien le savoir. Car je me sens différent selon l'endroit où je suis et les gens que je rencontre. Sylvie Vartan chantait qu'il y avait deux filles en elle. Je bats son record, il y a le Rico tendre, nerveux, inquiet, provocateur, taquin, romantique, méticuleux, perfectionniste, déprimé, joyeux, bougon, vaniteux, serviable, etc. Ce pourrait être un cadeau des dieux. Personnellement je trouve qu‘ils m’ont bien eu, car je suis encore à me demander ce que signifie être quelqu'un d‘équilibré.
Je suis terriblement excessif en tout, ce qui ne simplifie pas ma vie ni celle des autres. Je me retrouve dans une phrase tirée d’un poème de Walt Wihtman : « Do I contradict myself ? Very well, then I contradict myself, I am large, I contain multitudes. » "
.
S.M. Ne te contredirais-tu pas un peu ? 
.

R.  C'est exactement ce que dit Walt Wihtman : "Je me contredis ? Très bien, je suis grand, je contiens des multitudes". 

                                                Rico et le confort

S.M. As-tu certains hobbies et/ou passions  ?
.
R. "Comme pour tout bon gémeau mes hobbies sont nombreux, donc nécessairement superficiels, faute de temps. J’aime la lecture, le cinéma, la musique classique, écouter Radio 1 (radio flamande) et visiter des galeries d’art - pas les musées. J'essaie aussi de me remettre à l'anglais et de perfectionner mes connaissance du néerlandais.
La télévision ne m’intéresse plus du tout, alors que jadis j’y restais collé. Paradoxalement, malgré mon goût de la solitude, j’aime me perdre dans de petits bistrots du soir du centre ville (Bruxelles) et les restos accueillants qui font de la bonne cuisine, mais sans chichis.
Comme j’ai horreur de toute activité sportive, je me balade tous les jours au moins une heure et demie pour garder la forme. Si
faire régime est un hobby, on peut dire que c’est celui que je pratique le plus. Comme disait l’autre, c’est facile je l’ai fait plus de cent fois.
.
S.M. J'aimerais savoir d'où vient ton pseudo "RICOCHET"

R.  Gérer un blog Mireille Mathieu avec Tintin comme pseudonyme ne faisait pas très sérieux.  Que trouver comme autre pseudonyme ? Il en fallait un qui puisse se prononcer facilement en français, néerlandais, anglais et allemand, puisque les fans sont paraît-ils internationaux - on dira que j'exagère, mais c‘est vrai, il n'y a qu'en France qu'on ne croit pas que Mireille est une vedette internationale.
Ricochet faisait bien l’affaire. Ce pseudo s’est imposé à moi sans que je le cherche. Quand je l’ai prononcé, j’ai aussitôt vu l’image d’un petit garçon faisant des ricochets dans un étang à Ostende 
Je croyais être original en étant le seul à porter ce nom, et bien non, car Google m'a prouvé le contraire. Un fan français m’a appris qu’il existe même une épargne Ricochet dans une grande banque française. Je bénéficie ainsi d’une pub gratuite. "

 Ricochet entre nounours et Barbara mdt
 
S.M. Pour cette question-ci, je pense que beaucoup de lecteurs sont impatients de savoir d'où provient ta passion pour Mireille Mathieu ?
.
R. "Quand on suit une artiste depuis ses débuts on ne se pose pas la question de savoir si on est fan. On apprécie l‘artiste pour les deux ou trois chansons que l‘on connaît d‘elle. Ensuite on s’aperçoit que les autres chansons plaisent aussi et le « piège à fan » se referme : on l’est devenu sans s’en rendre compte et il n’y a pas d’issue.
.
S.M. Le mot "passion" n'est donc pas le mot adéquat dans ton cas  ?
.

R. "Je ne sais pas et j’espère bien que non, car la passion est déraisonnable. Je parlerais plutôt d’émotion et - tiens-toi bien - d’osmose, d’empathie et de parfaite adéquation avec l’artiste. "

                             Mireille à Bruxelles MDT_modifié-1
S.M.  Ressens-tu de l'admiration  pour d'autres chanteurs ou as-tu uniquement ce sentiment  pour Mireille ?
.
R. "Mon admiration pour Mireille - chanteuse - doit être supérieure à celle que j’éprouve pour d’autres artistes, car j’ai aussi beaucoup aimé Johnny Hallyday, Claude François, France Gall, Véronique Sanson, Shirley Bassey, Véronique Sanson, Elvis Presley et Rod Steward. Nous sommes loin d'Arno et de Gainsbourg que j'écoute cependant avec plaisir.

En 2007, après Mireille Mathieu, c’est à Françoise Hardy que va toute mon admiration." 

 
                                                 Rico et Annie Cordy

                                                 Ricochet en compagnie d'Annie Cordy

 

S.M.  As-tu déjà rencontré Mireille Mathieu ? 
R. "La première fois que j’ai rencontré Mireille, c’était au temps de l’Ancienne Belgique (Bruxelles), il y a donc très très longtemps. C’était après le spectacle et par hasard. J’étais avec un copain (déjà) et nous l’avons croisée près de l’hôtel Amigo. Rencontre sympathique. Johnny Stark était présent et nous a laissé faire. En parfait fétichiste, j’ai demandé un mouchoir... "je n'en ai pas", un poudrier alors ?... "je n'en ai pas non plus", un rouge à lèvres alors... Et si je le paie ?... Là je me suis senti parfaitement ridicule car je n’avais que peu d’argent de poche sur moi. Bref j’ai suivi le conseil de Mimi, je lui ai fait la bise et je suis rentré avec mon copain dans mon Laeken bien aimé, sa photo dédicacée callée dans le programme.La seconde fois c’était à Ostende (1989). Je me dirigeais vers le Casino (Mireille y chantait ce soir soir-là). En traversant, une superbe voiture m’écrase presque. Je donne un coup de poing sur la carrosserie en disant : « Alors c... tu ne peux pas faire attention ? » (j‘étais vraiment de mauvaise foi). Ma femme se bidonnait derrière moi en disant, « Regarde plutôt qui est dans la voiture »... Mireille !!! Je n’ai pas vu son regard car elle portait déjà ses célèbres lunettes de soleil, mais je présume qu’il devait être terrible. Pauvre Mimi ! Dieu fait vraiment tout pour que je sois en mauvais termes avec toi.
La troisième fois c’était à l‘Olympia, en 2005, au cours d’une séances de signatures « exceptionnelles ». Je lui ai demandé un autographe pour mon adorable mère que j'ai rendu folle avec ce que tu appelles ma "passion". Mireille lui a fait une superbe dédicace. Quand j’ai tendu mon CD, elle m’a demandé à quel nom ? Je lui ai répondu sans trop m'émouvoir « Ricochet », m'attendant à recevoir une baffe comme on me l'avait fait entendre. Mais c'est mal connaître Mimi, car elle m’a souri et écrit un joli « Pour Ricochet avec toute mon amitié » ; il est vrai que la veille j'avais soupé avec sa soeur Sophie et quelques copains et que j'avais apporté une petite lithographie représentant une tortue. Je savais que Mireille avait une passion pour ces bestioles portant leur maison sur le dos.
La quatrième fois, c’était à Bruxelles, le 22 mars 2006. Mireille y avait été accueillie par le bourgmestre, Freddy Thielemans.

J’attendais devant l’hôtel de ville de Bruxelles avec deux fans. Lorsque Mireille est sortie de voiture avec sa maman et Hervé Marc son ange gardien, l’un des fans lui a offert un bouquet de lys (sa fleur préférée paraît-il). Mireille a cru que j'allais lui demander une dédicace sur la Grand-Place. Elle m'a aimablement dit : "Je ne vais pas faire ça ici, venez plutôt ensemble à la réception.""

Bruxelles 22 mars 2006 Freddy Thielemans & MM

S.M. Woaw, genial et comment te sentais-tu lorsque tu as rencontré Mireille "In Life" ? 
.
R.  "La première fois, allez je l'avoue, en 1969, j’étais tout tremblant pour ne pas dire au bord de la syncope. A l'Olympia 2005, j'ai été heureux de pouvoir l'approcher après de nombreuses années. La dernière fois, à Bruxelles, j'ai été très impressionné par sa maman qui est d'une énorme gentillesse et se comporte comme si elle était votre propre mère. Mireille était trop occupée par la télé, la presse et la délicieuse framboise Lindemans, pour pouvoir lui parler. Mes deux photos ont cependant été signées, mais dans la hâte. Cela dit, Mireille a improvisé une réponse au discours du bourgmestre qui m'a époustouflé, car pour quelqu'un qui passe pour ne pas savoir quoi dire, Mireille avait bien du bagout - et c'était avant la framboise !"
.
S.M. Comment as tu eu l'idée de créer tes blogs ?
.

R. "Le 21 mars 2005, j’ai créé deux blogs : l’un consacré à Mireille (je voulais y mettre les photos que j’avais dans ma boîte à images), le second était "littéraire" car j'aime beaucoup écrire.
Le jour où j’ai reçu un courrier de félicitation du Mexique et du Liban, j'ai réalisé que les choses devenaient sérieuses.
Bizarrement, il n’existait aucun blog sur Mireille à cette époque ; seulement des sites. Vaniteux comme je suis, j’ai pensé qu’ouvrir le premier blog de Mireille c’était quand même un événement et que je devais en faire quelque chose de très personnel. Vu tous les problèmes que j'ai rencontré par laz suite, je crois avoir réussi cet objectif.
Heureusement, à défaut d’être apprécié par une catégorie (assez limitée il est vrai) de fans français aussi putes que délateurs, mon blog est apprécié par les admirateurs de Mireille et de nombreux internautes qui ne le sont pas vraiment mais me font part de leur estime.
Faute de temps le site « littéraire » a été supprimé. Je ne le regrette pas, car je n’avais vraiment plus le temps de m’en occuper. D'autres blogs « MM » ont suivi plus tard ; ils constituent plutôt des annexes à « MM-Avignon ». "

La solitude pour qui la cherche

S.M. Ta vie a t'elle changée depuis leur création de tes blogs ? 
.
R. "Ma vie avait radicalement changé avant la création du blog. Ceci offre un avantage : je ne dois pas t’en parler : ça m'aurait gêné de le faire. Je te rassures, il n'y a rien de honteux, mais c'est le "jardin secret" que Mireille utilise souvent comme joker.Il me faut cependant avouer qu’en gérant un blog, je me prive de beaucoup d'autres loisirs, car les blogs agissent comme une drogue : quoi que l’on fasse, on y pense toujours - et si on n‘y pense pas, ce sont les autres qui vous y ramènent. Comme en toute chose, il faut fixer ses priorités.

Le blog me permet d’exercer des loisirs complémentaires en rapport avec cette activité. Je pense au  Mimi-Day, aux « Rico raconte » sur Radio CoCoon (9 émissions qui racontaient une tranche de vie de Mireille), un article pour « Lire est un plaisir », etc. Il n’est d’ailleurs pas impossible que je présente bientôt une émission en néerlandais sur une radio internet qui m'a découvert grâce au blog.
« MM-Avignon » m’a également permis d’être en contact avec Radio France, la VRT, l’auteur Emmanuel Bonini lorsqu'il était en train d'écrire une biographie de Mireille et que Brice Depasse a présenté début août - avec mon commentaire - sur son blog "Lire est un plaisir" (
http://lireestunplaisir.skynetblogs.be )."

.

S.M.  Tu participes à certaines rencontres de blogeurs, que penses-tu de ces rencontres, sont-elles intéressantes selon toi  et quel profit en tires-tu ?

.

R. "Sincèrement, les rencontres de blogueurs ne m’intéressent pas comme telles. Tout le monde se salue mais peu se parlent. Comme dans toute rencontre des noyaux se forment. Il faut vraiment avoir une forte personnalité et un certain charisme pour se sentir à l'aise dans chacun de ces noyaux. Ces rencontres permettent cependant de croiser des blogueurs qu’on aurait grand plaisir de revoir la fois suivante - et pourquoi pas ailleurs - c’est là que ça devient intéressant. J’espère que si j‘y vais encore, je trouverai mon propre noyau de manière à pouvoir y inviter tous les solitaires qui ont besoin d’un coup de pouce pour se sentir « en famille ». Je commencerai d'ailleurs par m’inviter moi-même."  
.
S.M. Aimes-tu un thème ou un genre de blogs en particulier ?   
.

R. "Non, pas vraiment car la richesse des blogs est dans leur diversité. Il est vrai que je suis très sensible aux sites consacrés aux belles potos. Et là je suis particulièrement gâté avec les Skynetblogs."

http://avignon.skynetblogs.be

04/08/2007

IL FAUT VIVRE AU JOUR LE JOUR

Les passions de Patricia : "Ma famille avant tout, ensuite les sorcières et mes blogs."
Rencontre Waremme 12.11 (55)

S.M. Parlez-moi un peu de vous "Andora"..

P. "J'e m'appelle Patricia, j'ai 48 ans, je suis née à Bruxelles. Je me suis mariée à Dane à l'age de 20 ans. Nous avons un fils (Michael) lequel est pompier tout comme mon mari. On a quitté Bruxelles en 1992 pour vivre au calme à la campagne. Quel pied, en plus, je suis très bien entourée de mon mari, ma famille, lesquels ont été à mes côtés quand j'ai été hospitalisée en 2001 et ensuite en 2003. Sans eux je ne sais pas si j'aurais été courageuse. Maintenant, c'est devant que je regarde, il faut vivre au jour le jour et profiter de chaque instant. Mon fils est en ménage depuis 2004 et mon plus grand désir c'est d'être grand-mère, mais.. bon..là je dois attendre, l'avenir me dira le reste, voilà je crois que vous me connaissez un peu mieux comme ça" 

dyn003_original_508_410_pjpeg_2513474_1447485d3b921b8c8cac31cd6f0d0ceb

Mon fils et ma belle-fille

S.M. D'où t'es venue l'idée de créer tes deux blogs ?

P. "L'idée de créer mon premier blog http://andoragirl.skynetblogs.be m'est venue suite à une Rencontre Internationale de Blogeurs Skynet, notamment à Oteppe le 26 août 2006 à laquelle j'ai participé. L'ambiance y était géniale, les gens venaient de partout, l'organisateur lui est venu du Québec. Je me suis dit "Pourquoi pas moi ?"

Et mon deuxième blog http://kikiboy.skynetblogs.be a été crée après mon premier, mon but était tout simplement de faire connaître mes animaux.  C'est aussi une certaine manière de les mettre à l'honneur et de les immortaliser.  Je trouve qu'ils le méritent bien car je les adore !"

S.M. D'où vient ta passion pour les sorcières Patricia  ?

P. "En fait voici comment à commencé ma passion pour les sorcières : J'ai reçu une sorcière en cadeau de mon fils (ndlr : photo ci-dessous),  je trouvais cette idée originale et je me suis dit pourquoi ne pas continuer, surtout que l'on m'a raconté une histoire en me disant que là première on doit nous l'offrir. Et c'est à partir du moment où l'on en possède trois, qu'elles commencent à porter chance, elles nous protègent des gens qui nous veulent du mal ou qui sont envieux. C'est à partir de cette légende racontée que ma passion a commencé.

De plus, plus elles sont laides plus je les aime. Ma collection commence à s'agrandir, d'où mon surnom "Andora"

dyn001_original_640_480_pjpeg_2513474_222c48df8baef08b1bdbff3384dc882b

S.M. Ta vie a t'elle changée depuis la création de tes deux blogs ?

P. "Oui j'ai fait la connaissance de pas mal de gens agréables, certains parmi eux sont devenus de véritables amis.  Je ne m'imaginais pas que cela était possible, mais les contacts et amitiés virtuelles peuvent devenir de l'amité réelle."

S.M. Que penses-tu des rencontres de blogeurs..est-ce pour toi l'occasion de rencontrer des gens ou est-ce le fait de passer du virtuel au réel qui te passionne ?

P. "Je trouve les rencontres super sympas et ça me plaît, de plus, mettre un visage sur un nom de blog, c'est fantastique, je suis rarement déçue" (rires).

Rencontre Waremme 12.11 (56)

Mon mari Dane http://ledane.skynetblogs.be

S.M. Ton mari Dane, partage t'il ta passion pour les sorcières ?

P. "Non pas du tout, mais ça ne le dérange pas. Il lui arrive même de m'en offrir !"

http://andoragirl.skynetblogs.be

http://kikiboy.skynetblogs.be   

18/03/2007

Les secrets d'Aramis

                                          IMUAramisdingo

 

Aramis (pseudo) nous parle de ses passions et nous fait découvrir le secret de ses noms de blogs. Chacun de ses trois blogs sont à découvrir et à parcourir sans modération, vous ne vous en lasserez pas.

Aramis se confie à Seniormania : 

 "J'ai 65 ans je suis du genre jeune vieux bien conservé par le sport. Et je veux rester en forme pour mes petits enfants dont je partage encore souvent les jeux"

4mousquetaires
 

Pourquoi mes pseudos de blogs ?
 
Le choix d'Aramis :
Parce que.. des trois mousquetaires qui était quatre, j'ai d'abord longtemps hésité entre Athos .. le mousquetaire au passé mystérieux et Aramis le faux mousquetaire et le vrai jésuite.
Je fus dans ma jeunesse, grâce à un grand père maître d'armes, un excellent escrimeur .. ça c'est pour le mousquetaire.
J'ai finalement choisi ARAMIS, pour son style, pour sa manière élégante d'aimer, pour son second visage .. celui du jésuite qui ne l'est pas tout à fait .. et qui aime l'intrigue ..
 
Le choix de Dingo:
Dans la famille de Mickey, Dingo est le personnage que je préfère, parce que sous des aspects de bambochard un peu cinglé, c'est celui qui en réalité fait le plus preuve de bon sens dans ses réparties et ses comportements .. en nous montrant la bêtise humaine.
 
Le choix du Rimailleur ..
Parce que je ne voulais pas mélanger mes deux hobbies .. la peinture et le dessin avec ce que j'écris et qui n'est pas toujours existentiel. J'aime écrire, je le fais depuis le secondaire .. je dois avoir une dizaine de carnets de poésies ... et sur le blog, je poste surtout les impressions et les états d'âme que je vis dans mon troisième age. De plus comme j'ai le verbe facile, je m'exprime souvent avec nuance et légèreté sur certains blogs un peu "hot", mais là c'est pour rencontrer le sujet du post. Musset à dit et écrit: On ne badine pas avec l'amour .. pourtant moi je dis qu'il n'est de plus grand plaisir que d'entendre dire qu'on est aimée.
 
Le choix de l'échotier..
Echotier .; tout simplement.. des infos personnelles, mais pas trop,. un nouvelle, un mot, un fait qui me frappe, une image que j'ai vue sur Internet, une nouvelle que j'ai glanée, ou simplement comme maintenant annoncer un évènement auquel je participe. Car je donne beaucoup de ma personne en bénévolat pour aider de jeunes universitaires.
 

12:20 Écrit par Martine dt dans Interviews - Portraits | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : aramis, senior, peinture, blogs |  Facebook |

07/03/2007

François et son blog Coeurdenfant

                                 CIMG2960

François (52 ans) est Canadien, il vit au Québec. Il a commencé un premier blog pour parler de ses joies,  de ses amours,  des femmes de sa vie, de ses peines, de son divorce, etc....

                                 CIMG2840

 

Mais très vite il s'est rendu compte qu'il était à un tournant de sa vie et qu'il en avait assez de parler de ses problèmes.

                                 CIMG2891

 

 Il nous confie :
 
 "J'en ai assez de ces blogs qui font pleurer,  ce n'est pas ce que je recherchais, alors pourquoi ne pas ouvrir un blog avec un coeur d'enfant.

Pour vous rappeler d'où vous venez..avez vous déjà eu un coeur d'enfant.? L'avez-vous oublié ? Vous souvenez-vous  que vous avez été émerveillés devant certaines choses qui vous font sourire ? Et aujourd'hui vous avez 50 ans et vous avez oublié tout ça ?

                              coeurdenfant 2006 imu 300 x 250 skynetblogs

 

Alors mon but était de faire sourire tout le monde c'est la raison pour laquelle COEURDENFANT est né et j'espère par la biais de ce blog vous faire un tant soit peu oublier vos chagrins,  vos peines et bien d'autres soucis de la vie quotidienne..."

 
"Mon blog  m'a permis de rencontrer des gens, de voyager, d'organiser des rencontres de blogeurs. En 2006 j'ai organisé une grande rencontre à Oteppe (Belgique) .
Cette année-ci  j'organise une deuxième rencontre à Oteppe mais cette fois je profite de mon passage en Europe pour également organiser une rencontre à Lille (France)  laquelle aura lieu quelques jours après.
Je suis certain que je vais rentrer chez moi au Québec le coeur plein de souvenirs. Je revis depuis que  j'ai crée COEURDENFANT et je compte bien garder mon éternelle jeunesse !"

04/03/2007

Micheline : Un blog sur le cinéma

 

                                        
                1489 Micheline vous parle :

"Les distributeurs ne s'arrêtent-ils donc jamais ?

 J'ai la chance d'aller à de nombreuses visions-presse, de voir la plupart des films qui sortent durant l'année, avant le public. Je peux ainsi les décortiquer, les critiquer en bien ou en mal, les aimer ou les détester. Mais j'avoue que même si parfois cela frôle l'indigestion, je reste toujours aussi passionnée, parce que j'y découvre souvent, de petites perles bien câchées, et qui ne passeront que dans les salles dites Alternatives...en d'autres mots, je ne les aurais certainement jamais vues en tant que simple spectatrice. ...Donc, j'essaye d'avoir l'oeil le plus neutre possible , ce que je trouve mauvais ne le sera peut-être pas pour les autres, par contre, il est fort possible, même probable que ce qui m'aura séduit, ne trouvera pas grâce à vos yeux.  Donc, ne tirez pas sur le pianiste si mes chroniques ne rencontrent pas vos idées.  Avant d'aller voir un film, vous avez tout le temps de consulter les magasines spécialisés, de surfer sur des sites comme le mien (hihi) de demander aux amis ce qu'ils en pensent...Nous les journalistes, c'est toute la production journalière, mensuelle, que nous 'ingurgitons" parfois jusqu'à 3 films par jour. . Alors forcement, nous n'aurons jamais le même regard sur l'industrie cinématographique. Néanmoins, je remarque que plus le temps passe, plus mes 'visiteurs" sont nombreux et contents.....Mich-silence-on-tourne,  commence à marcher du feu de Dieu....et cette petite complicité qui s'est petit à petit installée entre vous et moi me ravit. Vous donner mes impressions me procure beaucoup de plaisir, et lire vos commentaire aussi. : c''est le dessert du dessert. Donc je continuerai à vous poster mes chroniques dites "pointues" dans le jargon du métier chaque jour, vous fournir tous les scoops, les potins et les news du monde entier, mais surtout faire de vous, amis visiteurs, de petits veinards, pour la simple et bonne raison que le monde du 7eme art est en perpétuel mouvement, et que vous si vous passez chez moi, vous serez toujours au courant les premiers..."

 

27/02/2007

Sophie : Quand Bruxelles Brusselait

dyn006_original_492_358_pjpeg_2565708_c692561d778a000b0331f696954020b2

dyn007_small150_119_119_jpeg_2520423_e1fbfb1e182d84d3ba4c6f3d193c1bf0 

Sophie est une passionnée de vieilles photos et de cartes postales du "Vieux Bruxelles" et du quartier des "Marolles", elle a crée son blog pour vous faire découvrir, comme elle le dit "le temps où Bruxelles Brusselait"  "Maske en kadei van brussel ou d'autre part soyez les bienvenus. Je vous invite à parcourir mon album photos de ces quartiers de Bruxelles qui m'ont vu grandir ! Je passerai d'un quartier à l'autre, d'anecdotes en petites annonces d'époques."

Vous y découvrirez également ses précieuses photos de famille ...le tout de quoi combler les plus nostaligiques !  http://sofei-vandenaemet.skynetblogs.be/ et

Voir le Fichier : sofeivandenaemet_94t5sc18c7.doc